SCIENCE-FICTION: Hugo, le rat

Ce weekend sera dédié au père de la science-fiction, éditeur et inventeur Hugo Gernsback, qui fascine aujourd’hui encore la communauté sci-fi. En plus il est né au Luxembourg.

Encore un de ces émigrants, nés par hasard au Luxembourg que l’on veut se réapproprier en leur rendant un hommage posthume sur leur terre natale. Mais, tandis qu’Edward Steichen n’a pas vu grand chose du Luxembourg avant d’embarquer pour les States, ce n’est qu’à l’âge de 21 ans que Gernsback s’en alla outre-Atlantique. Autre différence avec Steichen : son prénom est aussi célèbre que le nom de famille d’Edward, mais sa carrière a été beaucoup plus sulfureuse que celle de l’illustre photographe.

Fraîchement débarqué au pays où rien n’est impossible, le jeune Gernsback s’intéressa à la technique révolutionnaire de la radio et devint un des premiers à promouvoir les radios amateurs. Il fonda entre autres la station WRNY en 1925. En plus, il se mit à publier un magazine sur les techniques de la radio baptisé « Modern Electric ». Bien que contenant déjà des pièces de fiction, le ténor de cette publication était l’information et le transfert de know-how en matière de radio. L’intérêt du public pour les histoires de fiction le poussa à créer un autre magazine entièrement basé sur les histoires de fiction. « Amazing Stories » est considéré encore aujourd’hui comme étant le premier magazine de science-fiction jamais publié sur cette terre.

Le magazine a atterri dans les stands de journaux en 1926 à New-York, et pour remplir ses pages, Gernsback réimprimait surtout des extraits d’auteurs qu’il considérait comme ses prédecesseurs : Jules Verne, H.G. Wells et Edgar Allen Poe. Il lui fallut un certain temps pour dénicher des talents américains, mais l’attente a valu la peine, car on retrouve parmi ses auteurs le génie absolu de l’horreur américaine, le névrosé H.P. Lovecraft ou encore Clark Ashton Smith. Cela n’empêchait nullement Gernsback d’avoir aussi sa part d’ombre. Ainsi, Lovecraft et Smith l’appelaient seulement « Hugo, le rat », à cause de leurs salaires extrêmement bas. D’autres catastrophes advinrent à Gernsback, comme la première banqueroute de son magazine en 1929. On ne sait pas à ce jour si la faillite a été naturelle, une manipulation par un adversaire ou une manoeuvre de Gernsback lui-même. Peu importe, car une année plus tard apparut « Wonder Stories » qui reprenait le flambeau. Bien que Gernsback ait perdu définitivement le titre en 1936, celui-ci continua à être publié jusqu’en 2006. A part sa carrière d’éditeur, Gernsback s’essaya lui-même au roman, en publiant « Ralph 124C41+ » en 1911. Si on ne peut pas parler d’un chef d’oeuvre littéraire, le roman contient une série de prédictions qui se sont réalisées de nos jours, comme la téléphonie visuelle, les vols intercontinentaux ou encore l’énergie solaire. De toute façon, si Gernsback a peut-être inventé la science-fiction, cela ne veut pas dire qu’il n’y croyait pas. A sa mort, survenue en 1967, il tenait dans les 80 idées patentées, dont des machines comme l’ « Hypnobioscope » qui devait enseigner à dormir correctement.

Pour rendre hommage à cet aventurier qui a certainement marqué plus d’esprits qu’aucun luxembourgeois avant lui, le Cercle Philatélique Mamer organise ce weekend, le 27 et le 28 octobre, les « Science Fiction & Hugo Gernsback Memorial Day » avec conférences et expositions.

Pour plus d’informations :
http://webplaza.pt.lu/~rletsch/


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.