MUSIQUE CLASSIQUE: Le successeur de Messiaen à la Philharmonie.

La tradition des organistes français revit avec la venue exceptionnelle de Naji Hakim au Luxembourg.

Le lundi 21 janvier 2008 se présentera enfin une nouvelle occasion d’entendre le merveilleux orgue de la Philharmonie en concert. En effet dans le cadre des concerts des Solistes Européens, le célèbre organiste Naji Hakim interprétera trois de ses ?uvres à savoir « In Organo, Chordis et Choro », « Paskeblomst » pour orchestre à cordes et le « Concerto pour orgue et orchestre ». La fantaisie « In Organo, Chordis et Choro » est une commande des « Amis de l’Orgue Saint-Martin Dudelange » (qui sont les coorganisateurs du concert) pour l’inauguration de l’orgue Stahlhuth (1912) rénové par la manufacture Thomas Jann (2001-2002). Son titre – Par les orgues, les cordes et la danse – s’inspire du Psaume 150. Il s’agit d’une paraphrase sur des thèmes grégoriens et populaires, dans l’esprit d’une procession jubilatoire, d’un monde livré à la joie, au lendemain de Noël. « La partition répond, dans un style naïf et flamboyant, aux majestueuses fresques de la nef centrale de l’église Saint-Martin, figurant des saints et saintes rayonnant à partir de Bethléem à Dudelange » (Hakim). Les principaux thèmes développés sont l’Alléluia de l’Epiphanie, l’hymne « Jesu Redemptor omnium », un chant populaire breton « Salut, Ô Sainte Crèche » et une chanson populaire alsacienne «Uff em Berjel, bin ich g’sässe » (Quand je suis à la montagne). Ils se développent sous une forme libre avec des caractéristiques de la variation symphonique et de la forme sonate.

Le Concerto n°3 pour orgue et orchestre à cordes est une commande du Collège royal canadien des organistes – Section de Winnipeg pour le Festival d’Orgue de Winnipeg, de juillet 2004. L’allegro initial développe sous la forme d’une sonate un thème principal joyeux contrastant avec une section de style choral. Le mouvement central, Moderato, est une suite de variations sur un chant maronite. La finale, allegro, est de forme rondo. Son matériau thématique est bâti sur divers chants mariaux avec un rappel cyclique du thème du deuxième mouvement.

Depuis plus de 20 ans, Naji Subhy Paul Irénée Hakim est l’un des plus grands représentants de la grande tradition française des organistes, compositeurs et improvisateurs. Né en 1955 à Beyrouth (Liban), il a étudié l’orgue et l’improvisation avec Jean Langlais. Il passe d’abord un examen d’enseignement de l’orgue au Trinity College of Music à Londres. Ensuite il s’est perfectionné au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Roger Boutry, Jean-Claude Henry, Marcel Bitsch, Rolande Falcinelli, Jaques Castérède et Serge Nigg. Il a obtenu sept premiers prix en harmonie, contrepoint, fugue, orgue, improvisation, analyse, instrumentation et orchestration. Il a remporté des prix à de nombreux concours d’orgues internationaux. Lauréat du Concours de Composition des Amis de l’orgue (Paris, 1984) Avec sa Symphonie en Trois Mouvements il remporte le Premier Prix au Concours International de Composition pour orgue avec The Embrace of Fire (Collegedale, Tennessee 1986). En 1991, il a reçu le Prix de Composition de l’Académie des Beaux-Arts. Son ?uvre comporte des compositions instrumentales, symphoniques et vocales. De 1985 à 1993, Naji Hakim était organiste à la Basilique du Sacré-C?ur à Paris, avant qu’il ne succède à Olivier Messiaen comme organiste de l’église de la Trinité. Très demandé en récital, en tant qu’improvisateur et enseignant, ses engagements l’ont conduit partout dans le monde. Professeur de théorie au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, Professeur invité à la Royal Academy of Music à Londres, Paris.

En 2002, Naji Hakim a enregistré sur l’orgue de l’Eglise Saint-Martin de Dudelange un très beau CD.

Ce serait dommage de rater le concert de cet artiste exceptionnel.

 

Si vous voulez savoir comment cela s’est passé rendez-vous sur le site
http://paulmoes.over-blog.com
un compte-rendu y sera publié dans la semaine qui suit le concert.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.