MUSIQUE DU MONDE: Panafricaine 2.0

Venue de Côte d’Ivoire, Dobet Gnahoré enchantera le public arlonnais ce samedi à la Maison de la culture.

La voix d’une Afrique nouvelle.

En parcourant la biographie de Dobet Gnahoré, on se rend vite compte que la légende des artistes africain-e-s qui surgirait du rien et qui se ferait connaître grâce au bâton magique de l’homme blanc a vécu. La chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne appartient à la nouvelle génération d’artistes, à celle qui peut s’appuyer sur une certaine filiation. En effet, son père Boni Gnahoré était déjà maître percussioniste, et pas pour n’importe qui : il exerçait son art pour la compagnie de Ki Yi Mbock sous la houlette de Werewere Liking. Cette dernière ne devrait pas être une inconnue pour celles et ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la littérature africaine et surtout à ses auteures. Figure de proue d’une certaine mouvance dans la littérature et le théâtre africain, qui veut reconcilier les traditions et le progrès. En Europe, Liking est surtout connue pour ses romans fleuves provocateurs comme « Elle sera de jaspe et de corail », qui ridiculise la domination masculine dans la société africaine. Dobet Gnahoré n’est donc pas partie de rien. Mais ces bagages ne lui ont pas épargné quelques errances.

Grâce à la compagnie où travaille son père, elle fait la connaissance de Colin Laroche de Féline, un guitariste français à la recherche des rythmes et sons du continent noir. Leur collaboration dure jusqu’à nos jours. Ce qui ne l’empêche pas de se concentrer avant tout sur la danse au sein de la compagnie Tché Tché à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire. Après cette expérience non concluante, elle décide de former un duo avec son compagnon. « Ano Neko » comme ils baptisent le projet sera surtout connu du public français vers le tournant du millénaire. Cela n’est pas seulement dû aux liens post-coloniaux que la France entretient avec la Côte d’Ivoire, mais aussi à l’impossibilité de retourner dans son pays natal vu la situation politique instable. Vers 2001, pourtant, c’est le retour en Afrique, où le duo participe à diverses aventures artistiques. Entre autres l’enregistrement de huit titres sous la direction de Marcellin Yacé, célèbre musicien et producteur ivoirien, touche à tout et véritable « faiseur de hits » africain. Cette collaboration a connu une fin tragique, puisque Marcellin Yacé a été une des premières victimes des émeutes de 2002. Abattu à la sortie de son studio dans la cité des arts d’Abidjan, sa mort a préfiguré celle de milliers d’Ivoirien-ne-s dans ce qui deviendra une vraie guerre civile. De retour en Europe, le projet « Ano Neko » prend le nom de Dobet Gnahoré, s’agrandit et prend racine sur le vieux continent. Plusieurs musicien-ne-s se joignent à la formation et le label belge Contre-Jour, spécialisé dans les musiques du monde, les signe. Un premier CD paraît en 2003 et se fait vite connaître pour la variété de sons et de cultures qu’il contient. En effet, Dobet Gnahoré a veillé à la tradition panafricaine promulguée par son père, mais l’a rafraîchie de ses propres idées. Loin de s’adonner à une musique conceptuelle ou idéologique, on sent que ce mélange de cultures est tout à fait naturel pour la chanteuse.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.