OTAN: Stabilité, mon oeil !

L’Otan existe malheureusement depuis déjà 60 ans. Il est temps de dissoudre cette dangereuse alliance qui menace la paix et la stabilité dans le monde.

« L’Otan sert à stabiliser ». Tel est le titre d’une interview dans l’hebdomadaire « Le Jeudi » avec le ministre des affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP) paru cette semaine. Au premier abord, l’on serait tenté d’assimiler cette citation à un de ces mauvais poissons d’avril auxquels les organes de presse s’adonnent traditionnellement. Mais à lire de plus près l’entretien, l’on constate rapidement que le journaliste n’avait là aucune intention de se défouler : les questions, tout comme les réponses, sont absolument sérieuses.

Le traité de l’Atlantique Nord fête cette semaine ses 60 ans. Strasbourg, qui a le malheur d’accueillir l’alliance militaire, sera d’ailleurs le théâtre de grands mouvements contestataires qui tenteront de gâcher ce funeste anniversaire. Mais ces derniers jours déjà, un certain nombre d’habi-tant-e-s de la capitale alsacienne ont fait les frais de la frénésie sécuritaire qui accompagne le sommet. L’Otan à peine installée, voilà déjà que la
Ligue des droits de l’Homme est saisie et pour cause : les 40.000 rési-dant-e-s des « zones de sécurité » sont sommé-e-s de porter un badge pour rentrer chez eux. Or, ce fichier, considéré comme « sauvage », n’a même pas été déclaré à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), contrairement aux allégations de la préfecture. L’on compte également l’installation de nouvelles caméras de surveillance et, pour parfaire le ridicule, l’intervention de policiers pour contraire les citoyens qui avaient étendu les drapeaux pacifistes arc-en-ciel à leurs fenêtres à les en ôter. Pour une organisation qui « stabilise », voilà déjà un beau bilan bordélique dans cette ville française !

A l’époque où l’Otan s’était octroyée une légitimité en s’érigeant comme rempart contre l’URSS et le « communisme », prétextant vouloir défendre la démocratie, elle se montrait bien moins exigeante envers ses propres membres : le Portugal de Salazar et plus tard des « modèles » de démocratie comme la Grèce et la Turquie. Sans oublier son organisation secrète « Stay behind », soupçonnée de meurtres et d’attentats dans divers pays de l’Otan et prête, selon certaines sources, y compris au Luxembourg, à éliminer et arrêter certaines personnes en cas de conflit. Voir d’instaurer, comme ce fut presque le cas en Italie, des dictatures … au nom de la démocratie !

Il est désormais plus que jamais nécessaire de mettre un terme à cette organisation. Prônant la paix et la stabilité, elle est au contraire vecteur de conflits et de guerres. Même Asselborn, dans son interview, avoue ne pas pouvoir identifier clairement les « ennemis » de l’Otan et se borne à réciter la litanie états-unienne : lutte contre le terrorisme, la cyberdéfense et la sécurité énergétique. Pour ce qui est du dernier point, la stratégie de l’Otan est clairement agressive. Ce n’est pas pour rien que la Russie considère, à raison, que l’alliance soit tournée contre elle. Le récent épisode du conflit armé en Géorgie prouve à quel point les conflits énergétiques sont inflammables. Et que serait-il advenu si la Géorgie était membre de l’alliance ? Nous n’osons l’imaginer.

Si l’on veut éviter à l’avenir de véritables guerres des ressources, les Etats membres de l’Otan, ainsi que la Russie et ses satellites, devront s’engager dans d’autres voies que celles militaires actuellement favorisées. Cela passera par le renouveau énergétique, la démocratisation et la coopération entre les nations, et non pas par une surenchère de puissance militaire. Malheureusement, les récentes réflexions produites dans ses états-majors – notamment l’abolition du droit de veto – confirme que l’Otan reste une organisation agressive et que c’est de cette manière qu’elle entend « régler » les problèmes du monde – pardon, des classes dirigeantes de ses Etats membres. Si les dirigeants d’aujourd’hui veulent épargner aux jeunes générations des conflits sanglants, espérons qu’ils entendront les voix de la raison exprimées par les manifestant-e-s à Strasbourg ce week-end. Et qu’ils dissoudront cette organisation criminelle.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.