METALCORE: La Formule empoisonnée

Poison The Well, les pionniers du Metalcore foulent pour la première fois le sol luxembourgeois après plus d’une dizaine d’années d’existence.

Empoisonner les riches et faire sauter son public : tout un programme.

Qui aurait cru à l’aube des années 2000 que Poison The Well deviendraient, bien malgré eux, les porte-parole de toute une nouvelle génération de musiciens? Adeptes avant tout le monde des distorsions tonitruantes, de rythmiques de double-pédales saccadées et ultrapuissantes et de refrains chantés à fleur de peau, le quintet tout droit venu de Floride allait révolutionner le monde du hardcore avec sa formule magique souvent copiée mais jamais égalée.

Après des débuts sous le nom de An Acre Lost, c’est en 1998 que le groupe choisit son pseudonyme et sort son premier EP « Distance Only Makes The Heart Grow Fonder ». Le groupe est alors composé des deux chanteurs Aryeh Lehrer et Shane Halpern, avec Ryan Primack et Russ Saunders à la guitare, Chris A. Hornbrook à la batterie et Andrew Abramowitz à la basse, et lance un énorme pavé dans la mare avec ce qui deviendra la première de l’édifice Poison The Well qui leur permettra très vite de signer avec le label référence hardcore de l’époque « Trustkill Records ».

En 1999, sort ce qui deviendra l’album de toute une génération : « The Opposite of December… A Season of Separation » où Poison The Well met tout son savoir-faire dans une seule et même galette. Premier changement notable par rapport au disque précédent : l’adjonction au groupe de Jeffrey Moreira au chant qui remplacera à lui tout seul les deux autres hurleurs et imposera sa marque de fabrique, à savoir un savant mélange de cris, de hurlements mais aussi de mélodies subtiles et douces avec une voix fragile et des spoken words d’une poésie rare dans ce milieu.

Après d’innombrables changements de line-up, des albums d’une qualité inégale et un passage éclair sur la major Atlantic pour leur album «  You Come Before You », la direction musicale devient de plus en plus sombre, planante, voire expérimentale – le groupe n’ayant jamais renié son amour pour des groupes tels que Deftones ou The Smashing Pumpkins – Poison The Well est toujours debout et présentera son cinquième album « Tropic Rot » qui s’annonce comme un nouveau départ, sur le label Ferret Records.

Leurs compagnons de route pour ce périple européen seront incarnés par un groupe de l’Indiana, Gwen Stacy, formé en 2004. Il est sûr et certain que ces petits jeunes ne seraient pas au rendez-vous sans le défrichage effectué par Poison The Well avec son oeuvre. Ici, le programme est sensiblement le même que celui du groupe précité à ses débuts – à savoir ces alternances entre chant clair et chant hurlé, guitares à la fois tranchantes et mélodiques et double grosse-caisse à gogo.

L’exécution est impeccable, mais l’originalité en prend sévèrement pour son grade. S’il vous-plaît messieurs, ce sera pour une prochaine fois!

La partie locale sera entamée par Do Androids Dream Of Electric Sheep?, groupe au nom le plus long du Luxembourg mais à la rage et à l’authenticité irréprochable. Aujourd’hui le groupe revient avec de nouveaux morceaux et de nouvelles inspirations et les présentera au public de la Kulturfabrik en guise d’amuse-bouche. Amis du Hardcore, ne soyez donc pas en retard!

Poison The Well, à la Kulturfabrik le 8 avril.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.