LARS VON TRIER: Chaos reigns ! 

Oeuvre difficile, voire insupportable pour certain-e-s, « Antichrist » renoue avec le cinéma des limites, comme Pasolini l’a fait jadis.

En fouillant les fonds profonds et noirs de l’âme humaine, Lars von Trier réussit à créer des images d’une beauté inouïe.

Convaincue de sa responsabilité dans la mort de son enfant, une jeune femme succombe à son délire et finit par sombrer dans la folie. Entre film « dogma », drame classique, film d’horreur, porno et conte philosophique, le dernier film du réalisateur danois Lars Von Trier est un véritable ovni. Tour à tour d’une beauté épous-touflante ou d’une violence insoutenable, ce film profondément bouleversant ne laisse personne indifférent.

Avec « Antichrist » Lars Von Trier ne se contente pas de nous livrer une critique de notre société, mais ose s’attaquer au mythe fondateur de la civilisation occidentale : le péché originel. A travers ses deux personnages, le réalisateur nous reconte l’histoire d’Adam et Eve et tente de retracer les origines de la culpabilité.

La thématique biblique est introduite d’emblée dans le prologue, filmé au ralenti et en noir et blanc, sur un magnifique air de Händel (Lascia ch’io pianga ; Rinaldo), qui souligne la beauté des images. Les scènes nous montrent un homme (Willem Dafoe) et une femme (Charlotte Gainsbourg) s’abandonnant à leur plaisir sexuel, laissant sans surveillance leur jeune enfant. Celui-ci s’évade de son lit et, attiré par les flocons de neige, monte sur le rebord de la fenêtre et tombe dans le vide.

Un mois après le drame, révolté par l’impuissance des médecins face au désarroi de sa femme, le mari, lui-même psychothérapeute, décide de prendre les choses en main. Commence ainsi le long et monotone « travail » de deuil (expression créée par Sigmund Freud, qui aura droit à une petite ligne dans le film), caractérisé par une insupportable sensation de stagnation et de nombreux retours à la case départ. Désespéré, le mari décide finalement de chercher les clés de la souffrance de sa femme dans l’isolation d’un petit chalet au milieu des bois, surnommé l’« Eden », où la femme et son enfant ont passé leurs dernières vacances. Mais ce retour au paradis perdu signe le début d’une spirale de violence où désir sexuel et rage meurtrière se côtoient. Malgré le caractère parfois grotesque des accès de violence, ce déchaînement est ressenti comme un soulagement, en ce qu’il s’oppose radicalement à la lenteur et l’absence d’évolution qui définit la première partie du film. Ici, dans cette forêt dense et mystérieuse – un hommage à Andreï Tarkovski – , habitée par des animaux aux comportements pour le moins intrigants, le clivage entre l’homme « rationnel » et la femme, désormais persuadée que la nature féminine est fondamentalement mauvaise, s’accentue de plus en plus, créant un déséquilibre destructeur.

Dans « Antichrist », Lars Von Trier reprend sans la moindre concession toute la misogynie inhérente au mythe du péché originel ; une audace pour laquelle il s’est largement et injustement fait critiquer. On reconnaît bien là le réalisateur qui n’a jamais trop donné dans le respect des codes de bienséance, même si ce film est sans doute son oeuvre la plus controversée à ce jour. Le film n’est pas sans rappeler Pier Paolo Pasolini « Salò o le 120 giornate di Sodoma » aussi bien au niveau du thème traité qu’au niveau de la mise en scène explicite. Notons aussi qu’« Antichrist » est l’oeuvre d’un homme qui a sombré dans la dépression au moment de la réalisation et qui y a donc investi, avec succès, toute sa souffrance personnelle. Finalement, les deux acteurs Charlotte Gainsbourg et Willem Dafoe offrent des performances plus que correctes. Charlotte Gainsbourg est quasi parfaite dans son rôle et porte à elle seule ce film difficile, ce qui lui a valu le prix d’interprétation féminine à Cannes.

Pour finir, « Antichrist » n’est pas un film qu’on aime, c’est un film qu’on subit, qui fait mal ; comme un grand coup de marteau dans les parties génitales. Il ne s’adresse pas à tout le monde, mais bien à tous ceux qui n’ont pas peur de s’aventurer dans les recoins les plus profonds et les plus sombres de l’âme humaine.

« Antichrist », à l’Utopia.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.