David Wagner: Mi casa es tu casa

La Maison des associations a vu le jour en 2007 et s’apprête à lancer son premier grand projet : le Festivasion.

Les locaux ont déjà fait office de commissariat de police. Les résiden-t-e-s du petit quartier de Mühlenbach, coincé entre Rollingergrund, le Bambësch et Eich, sont familiers de la grande bâtisse qui porte le numéro 46 et qui sert de foyer à un grand nombre de familles d’ouvriers immigrés. Entre-temps, le commissariat de proximité s’est éloigné à Eich et les locaux sont désormais occupés par une nouvelle structure associative : la « Maison des associations » (MDA). Depuis 2008, la MDA y occupe le petit bureau, la salle de réunion ainsi qu’une grande cuisine. C’est peu, d’autant plus que l’association s’est fixé comme objectif entre autres de mettre à disposition ses locaux à d’autres structures dépourvues de tels moyens.

En fait, la MDA a vu le jour en 2007 à l’initiative de quatre fédérations : celles des communautés portugaises, espagnoles et capverdiennes ainsi que l’association « Amitié Portugal-Luxembourg ».

« Encore une structure fédérative ? », est-on tenté de se dire en pensant évidemment au Comité de liaison des associations d’étrangers (Clae) qui fédère, comme son nom l’indique, les associations étrangères. « Notre approche est complémentaire à celle du Clae », explique le président de la MDA, Pablo Sánchez. Là où le Clae offre toute une palette de services – il est notamment l’organisateur du Festival des migrations – la MDA poursuit des ambitions plus modestes. Il s’agit de créer une structure où les différentes associations du Luxembourg peuvent s’entraider, notamment au niveau logistique. Le Luxembourg fourmille en effet d’associations et celles-ci n’ont pas forcément les moyens suffisants pour mener à bout leurs activités. Cela commence par exemple par une salle de réunion. Ainsi, l’asbl « Moien ! », qui offre des cours en langue luxembourgeoise, occupe deux fois par semaine le local de la MDA.

Pourtant, les limites sont rapidement atteintes. Déjà, parce qu’avec un budget annuel de 90.000 euros alloué par l’Etat, les fonds sont tout juste suffisants pour faire fonctionner correctement cette petite structure qui emploi un poste à plein-temps et un autre à mi-temps. Reste à voir si l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration (OLAI) avec lequel collabore la MDA augmentera prochainement l’enveloppe.

Mais la véritable originalité de la MDA se situe à un autre niveau : le « décloisonnement », comme dit Sánchez, des structures « étrangères » et « indigènes ». Voilà pourquoi une des prochaines tâches de la MDA sera de réaliser une sorte de cartographie des « ententes » associatives ainsi que des différentes associations d’intérêts locaux. Et la MDA fait un pas de plus : au-delà de l’interculturalité, il y a l’intergénérationalité. Derrière la consonance barbare du terme se cache une idée si évidente qu’elle paraît d’autant plus originale. Car entre-temps, les personnes issues des premières vagues d’immigration de l’après-guerre, principalement portugaise, ont atteint l’âge de la retraite. Et contrairement aux retraités luxembourgeois, celles-ci ne fréquentent que très peu les maisons de retraite. Un facteur supplémentaire qui s’ajoute à l’isolement social caractéristique des personnes âgées. D’autant plus que les échanges interculturels avec les Luxembourgeois-e-s du même âge sont bien moins fréquents qu’entre les générations qui ont suivi.

Ainsi, la MDA lance, un peu en guise de baptême du feu, un festival intitulé « Festivasion » qui débutera le 25 avril pour se terminer le 12 mai. Et comme les organisateurs sont aussi divers que l’Entente des gestionnaires des institutions pour personnes âgées, l’Objectif plein-emploi, HELP (la structure d’aide à domicile pour seniors) ou la Confédération de la communauté portugaise, les activités, qui se dérouleront dans plusieurs communes du sud du pays, vont de conférences à des parties de cartes et apéros à des cours de capoeira ou de flamenco. Le bouche-à-oreille dans le monde associatif a en tout cas bien tourné, nous a-t-on affirmé. C’est dans les prochains jours que cela se vérifiera.

Pour plus d’informations, visitez
www.festivasion.lu ou
www.maisondesassociations.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.