PERFORMANCE/RAP: Laboratoire militaire

Dans le cadre de ses résidences d’artistes, le Casino a invité Francisco Camacho, jeune artiste colombien, qui propose une expérimentation artistique sur le microcosme politique luxembourgeois.

Se plaisent dans les hautes sphères arty : De Läb.

Francisco Camacho est un homme discret. Du moins si on le met dans le contexte de sa dernière ?uvre qu’il est en train de créer au Casino forum d’art contemporain. Se disant inspiré par Beuys pour son essai de création d’un langage politique artistique et par Wagner et Verdi en ce qui concerne leur vision d’ensemble, il propose une ?uvre qui devrait refléter notre microcosme grand-ducal en son ensemble. Et Camacho n’y va pas par quatre chemins : ainsi, il a proposé à certaines personnalités du monde politique, culturel et financier de lui répondre à des questions sur leur vision de la politique. Se sont déjà pliés à cet exercice : M. Rommes, le directeur de l’ABBL, Mgr Fernand Franck, archevêque du Luxembourg, M. Thill de la BGL et finalement – après quelques hésitations – la ministre de la culture Octavie Modert en personne?

Le clou de ces interventions, c’est que Francisco Camacho ne comprend même pas un seul mot de ce qui lui racontent ses interlocuteurs. Les entretiens sont réalisés par une assistante, tandis qu’il se contente de rester derrière la caméra. Cela peut intriguer, mais ce processus n’a rien de nouveau pour l’artiste originaire de Bogotá qui s’est installé depuis quelques années aux Pays-Bas. C’est justement son pays d’adoption qui a été le théâtre d’une de ses dernières opérations non moins spectaculaires : le dépôt d’une pétition devant le parlement néerlandais demandant l’autorisation du mariage en groupe. Estimant « qu’il n’y avait plus aucune barrière morale qui opposait à une telle législation », Camacho voulait surtout lancer la discussion? qu’il n’a pas compris lui-même.

Mais son projet luxembourgeois va encore plus loin. La matière brute des interviews sera d’une part montrée à une vingtaine de recrues de l’école militaire du Luxembourg, qui devront répondre à quatre questions sur ce qu’ils ont vu et dire ce qu’ils en pensent. Ce sont ces vidéos-là – et non les entretiens originaux – qui seront montrées lors de la présentation du projet ce samedi 16 octobre.

L’autre produit sera une chanson composée à partir des entretiens par le groupe de hip-hop luxembourgeois De Läb, qui de tuyau underground semblent être devenus les chouchous de la scène artistique. Même si pour Corbi et Fluyt – les deux rappeurs läbiens – « Tout cela est dû au hasard, on nous l’a proposé et en fin de compte c’était une grande découverte pour nous ». Le track qu’ils en ont tiré s’articule autour de la métaphore de la maison : « Il y a bien sûr la belle façade, mais derrière il y a aussi des choses cachées et moins avouables – c’est un peu notre manière de voir les choses et finalement la meilleure façon de représenter tant de points de vue différents ».

Le tout se déroulera au cours d’une soirée au Casino baptisée « Casino Royal by The Läb ». Le single de la chanson tirée des entretiens sera disponible gratuitement, mais aussi représenté en live au cours d’un concert unique.

En somme donc une soirée assez unique en perspective qui réservera l’une ou l’autre surprise. Sauf peut-être sur un point. Interrogé sur comment il trouve ses interlocuteurs et leur façon de voir les choses, Camacho hésite un peu, regarde par terre et puis admet : « Ils ne sont plutôt pas critiques. Tout ce qui les intéresse, c’est maintenir leur statut ». Rendez-vous pour les ami-e-s de l’autocritique introspective ce samedi au Casino.

« Casino Royal by The Läb », au Casino Forum d’art contemporain, ce samedi 16 octobre.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.