DEBRA GRANIK: Jusqu’à la moëlle

« Winter’s Bone », primé aux festivals de Sundance et de Deauville, montre une autre face de l’Amérique profonde : celle des oubliés qui doivent se battre contre un système qui couve les injustices sociales.

Parfois, la famille n’est pas d’une grande aide…

Au fin fond de l’Amérique du Nord existe un plateau appelé les Ozarks. Il s’étend sur les Etats fédéraux du Missouri, du Kansas, de l’Arkansas et de l’Oklahoma. Dans cette région, les miracles économiques successifs qui ont forgé la superpuissance qu’on connaît sont de lointains mirages. La vie quotidienne ressemble fort à celle des trappeurs du 19e siècle : on chauffe avec du bois, on mange ce que l’on abat dans les forêts et on reste entre soi. Les seuls atouts des temps modernes qui ont pénétré ces bois éternels sont l’usage massif d’amphétamines et de métamphétamines – comme le fameux Crystal Meth qui a ravagé des zones entières aux USA – que les habitants se confectionnent eux-mêmes avec des moyens qu’ils trouvent dans chaque supermarché. Et la seule perspective pour les jeunes – à part croupir dans cette misère – est et reste l’armée, qui bien sûr recrute même dans les endroits les plus reculés.

Au milieu de tout ça, nous trouvons Ree Dolly. Dix-sept ans et déjà à la tête de son foyer : elle s’occupe de son frère Sonny et de sa soeur Ashlee Dawn et de Conny sa mère, qui ne pipe plus un mot depuis des années – probablement une
conséquence des mauvaises amphé-tamines fabriquées par Jessup, le père. Ce dernier est le point central du film, même s’il en reste physiquement absent pour la majeure partie du temps.

Car Jessup est en fuite. Incarcéré pour trafic et production de drogues, il a été libéré sous caution. alheureusement, pour payer la caution, il a lourdement hypothéqué la maison familiale et s’il ne se montre pas à son procès, la famille sera à la rue? ou plutôt dans les bois. Ree, qui veut éviter une telle issue, part à la recherche de son paternel irresponsable et doit affronter de multiples dangers. Car même si la majorité des fermes de ces environs appartiennent à des membres plus ou moins éloignés de la famille de Ree, la solidarité familiale – valeur américaine par définition – n’est pas très bien vue dans ces coins perdus des Ozarks. Petit à petit tout de même, Ree va reconstituer les chemins parcourus par son père dans l’espoir de sauver la famille. La « Soeur Courage » se frotte à des structures claniques et mafieuses, à des flics corrompus et à des gens totalement détruits par les amphétamines et le manque de perspectives.

L’atout principal de « Winter’s Bone » est de montrer sans concessions et sans pathétisme, la dure réalité des laissés pour compte américains. Dans ces milieux « hillbilly », que le cinéma américain se plaît à caricaturer quand il l’évoque, la conscience de la misère s’est tellement incrustée que les gens sont carrément nés dans la résignation. Le seul échappatoire à une vie miséreuse dans cet environnement est l’armée, qui permet de voyager gratuitement, avec, en passant, la possibilité de se faire étriper par une bombe.

Si le personnage de Ree reste le seul rayon de lumière dans ce voyage au bout de la nuit, cela ne veut pas forcément dire qu’elle est différente de son entourage. Elle est seulement dans une situation difficile qu’elle doit régler, mais à aucun moment elle ne doute de son succès et à aucun moment elle n’implore Dieu. D’ailleurs, la religion est curieusement absente de l’univers évoqué par « Winter’s Bone ». Mais peut-être que Dieu lui-même a déjà déserté ces contrées maudites?

En tout, « Winter’s Bone » est un film exceptionnel qui rend justice à une réalité ignorée aux Etats-Unis et a fortiori en Europe. A voir absolument donc.

A l’Utopia.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.