FOIRE DU LIVRE DE FRANCFORT: Comme si de rien n’était

Malgré quelques réaménagements par rapport à l’année dernière, la présence luxembourgeoise à la foire du livre de Francfort s’est soldée par la démission fracassante de la présidente des éditeurs luxembourgeois.

On se rappelle les coups d’éclat de la fin 2010 quand s’affrontaient par articles et affronts interposés, un éditeur – en l’occurrence Ultimomondo, derrière lequel se trouve l’écrivain Guy Rewenig – et la ministre de la culture. La pomme de discorde était alors la présence, ou plutôt non-présence, de la totalité des éditeurs luxembourgeois à tous les salons du livre mondiaux, et en première ligne celui de Francfort, qui est de loin le plus grand. Car, vu que les éditions Ultimomondo refusaient catégoriquement à s’encarter auprès de la fédération des « Lëtzebuerger Bicherediteuren », ces derniers refusaient aussi catégoriquement de les représenter sur leur stand de foire. Même si la raison de ce refus est éthique – les éditions Ultimomondo ne voulant pas prendre leur carte à la Chambre de commerce – qui, elle, abrite la fédération des éditeurs. En même temps, toutes ces tergiversations ressemblaient plutôt à une tempête dans un bénitier, tant elles démontraient le malaise de notre scène culturelle sans pourtant en toucher les points fondamentaux. En tout cas, pour les éditions Ultimomondo, cela a bien payé et ne serait-ce que pour un bon coup de pub gratuite.

Une année plus tard, rebelote, mais cette fois, c’est de l’autre côté qu’on pète les plombs. Avec sa démission fracassante de son poste de présidente des «Lëtzebuerger Bicherediteuren », Susanne Jaspers, écrivaine et salariée dans l’édition luxembourgeoise, a jeté un pavé de plus dans la mare culturelle luxembourgeoise, qui s’approche de la pétrification totale. Cette fois, la balance aurait penché dans le sens inverse et ce seraient les livres des « Lëtzebuerger Bicherediteuren » qui auraient été relégués à trois petites étagères, tandis que les éditions Ultimomondo et celles sponsorisées par le ministère de la culture auraient eu droit à la plus grande partie du stand et donc bénéficié de la meilleure exposition médiatique. Mais ce que Jaspers a surtout reproché au ministère de la Culture n’est en somme guère étonnant : son autisme. En effet, selon l’ex-présidente, les « Lëtzebuerger Bicherediteuren » auraient été mis devant le fait accompli par le ministère qui n’aurait même pas pris le temps de se concerter avec eux.

Les réactions à cette démission ont été des plus curieuses. A l’exception de Germaine Goetzinger qui s’est exprimée sur RTL, c’est le silence radio presque complet. Du côté des éditions Ultimomondo, nous avons écopé d’un sympathique « no comment », en voulant en savoir plus sur leur opinion dans cette affaire, qui devrait pourtant se dérouler à leur entière satisfaction.

Le plus étonnant reste pourtant la réaction du ministère, dont on se sait pas si on doit en pleurer ou en rire : « Il a été constaté que les quelques aménagements apportés au concept d’exposition ont été accueillis de façon positive et ont déjà pu porter leurs premiers fruits. Le ministère de la Culture confirme sa volonté de poursuivre les démarches de promotion de la littérature à l’étranger dans un esprit de dialogue et d’écoute. Ainsi, contact sera pris avec les acteurs impliqués », peut-on lire dans un communiqué de presse sur le bilan du salon de Francfort. Très bien, continuons comme ça alors, dans notre bac à sable culturel et étonnons-nous qu’on ne nous prenne pas au sérieux?


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.