FRANÇOIS OZON: La leçon de Monsieur Germain

« Dans la maison », le dernier-né de François Ozon, est une fable littéraire dans laquelle le spectateur peut éprouver un léger tournis. C’est réussi, mais ça reste très franco-français.

Une relation professeur-élève plutôt malsaine.

Monsieur Germain est un professeur de lycée français comme croqué d’un manuel de clichés. Bourgeois-bohème, ancien soixante-huitard converti au pessimisme culturel grâce au contact permanent avec les jeunes générations qu’il est censé élever au rang d’élite, il est aussi un écrivain raté – qui a publié un seul bouquin dans sa fougue de jeunesse, sans lui donner suite. Marié à une galeriste, mais portant l’art contemporain en horreur, il est un homme brisé, mais qui ne le sait pas encore.

Puis, à la rentrée de son lycée « Gustave Flaubert », il fait la connaissance de Claude Garcia, un élève de seconde un peu particulier. Ayant demandé une petite rédaction à sa nouvelle classe – pour mieux pouvoir les classer entre « nuls » et « archi-nuls » – l’élève Garcia surprend le bobo vieillissant. Non seulement par son style plus que soutenu qui apparaît dans les lignes de sa rédaction, et la quasi-absence de fautes, mais surtout par son contenu : Claude Garcia raconte comment, par ruse et par une fausse amabilité, il réussit à s’introduire dans la maison et la famille d’un de ses camarades de classe, un certain Raphaël Artole. Celui-ci est un élève plutôt timide et pas trop brillant, surtout en mathématiques, la matière de prédilection de Claude. Petit à petit, deux relations s’installent : celle de Claude et de Raphaël et celle qu’entretient le professeur Germain avec l’auteur-voyeur. Car Claude n’en reste pas là et donne chaque semaine des nouvelles de ses excursions dans l’intimité familiale des Artole à Monsieur Germain. Ce dernier lui en demande toujours plus et commence petit à petit à se considérer en tant que mentor d’un nouveau génie littéraire précoce, un peu comme jadis Jean Cocteau avec Raymond Radiguet. Pourtant, la nouvelle version de « Le diable au corps » commence vite à traîner des pieds et le maître et son élève ne vont pas tarder à s’embrouiller, marchant côte à côte vers l’imbroglio final.

Si au début on est tenté de se dire que des pseudo-documentaires sur l’enseignement républicain français, on en a assez vu depuis le succès de « Etre et avoir » en 2002 ou « Entre les murs » en 2008, on se rend compte assez vite que François Ozon n’utilise ce nouveau genre que pour mieux le détourner – un peu comme les objets dans la galerie d’art de Madame Germain, qui ne sont souvent que des objets détournés. Le vrai centre du film est la maison familiale des Artole : la mère Esther qui devient l’héroïne des phantasmes sexuels de Claude, Raphaël senior, le père, qui rêve du grand business en Chine et puis le petit « Rapha », un faiblard pas doué et pas sûr de lui. François Ozon remplace habilement la question, « Jusqu’ou peut-il aller ? » par l’interrogation, plus tentante : « Jusqu’où est-il allé ? ». Car assez vite, les contours de la réalité et de la fiction s’estompent et on ne sait plus distinguer les actes de Claude de ses phantasmes. Et tous les participants à cette intrigue commencée par une simple rédaction ne vont pas sortir indemnes de l’affaire.

La mise en scène de « Dans la maison » est soignée, esthétisée comme on le connaît d’Ozon. Sa préférence – très française – de démasquer les frasques de la bourgeoisie imbue d’elle-même porte à nouveau ses fruits, certes un peu bizarres, mais très beaux en somme. Et puis, avec des acteurs comme Fabrice Lucchini, Kristin Scott-Thomas ou encore Emmanuelle Seigner, il est difficile de rater son coup. Pourtant – et même si un film sur l’amour de la littérature est très louable – Ozon ne réussit pas à briser les murs de cet univers littéraire très français et de son enseignement très élitiste en somme. Est-ce un vrai reproche à faire à un réalisateur français, après tout ? On ne le sait pas, mais en tout cas, vous aurez été avertis.

A l’Utopia.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.