FOLK: Le loup et l’agneau

Trois semaines au compteur et l’ambiance des Congés annulés ne faiblit pas, avec une programmation de toujours aussi bonne qualité. La preuve : après la venue de Cloud Boat ou bien encore de Woods la semaine passée, il faudra compter ce dimanche avec la venue de House of Wolves et son folk intimiste.

Traduisez Villalobos en anglais et vous obtiendrez House of Wolves, qui passera à Luxembourg dans le cadre de sa première tournée européenne.

En ce dimanche 25 août, l’ambiance risque de devenir plus cotonneuse qu’à l’accoutumée à l’Exit07, avec la venue du singer-songwriter de Portland Rey Villalobos. Sa musique folk éthérée tient plus de la douceur du pelage d’un agneau que de la bestialité des loups à laquelle fait référence son pseudonyme, House of Wolves, qui se trouve être la traduction littérale de son nom.

De folk, il en est question bien sûr, mais la musique de Villalobos est tellement plus personnelle que ce que l’on appelle habituellement le folk. Pour les influences, on citera bien volontiers le défunt Elliot Smith ou bien encore Sparklehorse pour le côté « bricolage » de ses compositions, mais sa formation de pianiste classique donne également un éclat plus personnel à sa musique et la sublime de manière étincelante. Ajoutez à cela une voix cristalline et limite androgyne et vous obtiendrez la potion magique de House of Wolves.

En 2011, le musicien enregistre son premier album, « Fold in the Wind », avec le producteur John Askew, plus connu pour son travail avec des artistes tels que The Dodos, Alela Diane ou bien encore The Neko Case. Le résultat est un concentré de onze titres où mélancolie et spleen cohabitent exceptionnellement bien. On y trouve aussi un sens de la mélodie des plus sincères et une habileté pop des mieux senties, comme le prouve le splendide « Acres of Fire », où Villalobos nous gratifie de l’un des rares morceaux joués au piano. Le reste de l’album est une longue balade à travers ses sentiments exacerbés, sans pourtant jamais sonner mièvre ou bien encore larmoyant.

Certains se souviendront de sa dernière prestation au Luxembourg au d:qliq l’année passée, qui avait déjà laissé une impression des plus convaincantes. Sans nul doute, la salle de l’Exit07 donnera cette fois un meilleur écrin aux compositions ouatées du chanteur-compositeur américain. De plus, la journée débutera en fanfare au Carré Rotondes, et ce dès dix heures du matin, avec la traditionnelle bourse aux vinyles qui a lieu chaque année vers la fin des Congés annulés. Cette véritable foire est un lieu incontournable pour les amateurs de musique en tout genre ainsi que pour les collectionneurs acharnés qui, la plupart du temps, dénichent la perle rare manquant à leur collection. Un bon moyen en somme de passer un dimanche de manière à la fois trépidante et relaxante, afin de se reposer la tête avant le début de besogne du lundi matin.

Le 25 août à l’Exit07


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.