RAP LUXEMBOURGEOIS: Stay Fresh!

Freshdax, le petit dernier de la scène luxembourgoise, avait déjà fait jaser l’année dernière – maintenant il nous présente son premier album « Ziel mer net däi Liewen ».

Sur la photo, c’est vrai, ils n’ont pas l’air très frais – raison de plus de venir découvrir Freshdax en live.

Le rap luxembourgeois et surtout en luxembourgeois est entré dans nos salons il y a quelques années de cela, grâce aux sudistes de De Läb. Pourtant, après quelques années de hype, on s’est demandé pourquoi aucun autre rappeur n’entrait en piste pour exploiter ce même filon – un rap décontracté, drôle et (auto-)ironique. Un rap surtout qui contrebalance les clichés les plus courants sur cette musique. Eh bien, avec Freshdax, c’est fait. Déjà présent à diverses occasions courant 2013, le voilà donc avec son premier album « Ziel mer net däi Liewen ».

Julien Primout, l’homme qui se cache derrière le « blaireau insolent », a deux vies ou, si l’on veut, deux amours dans sa vie. Car il est loin d’être inconnu du public luxembourgeois. En effet, il officie déjà depuis des années en tant que chanteur du groupe de metalcore Everwaiting Serenade, avec lesquels il avait déjà fêté certains succès. Alors pourquoi le rap ? « Depuis mes huit ans, j’étais entouré de ces deux types de musique. C’était normal pour un gars de Bonnevoie de grandir avec ces deux cultures », explique-t-il. « Et puis un jour, lorsque nous avons expérimenté un peu avec Everwaiting Serenade – groupe toujours actif d’ailleurs – je me suis mis à introduire un peu de rap dans mon chant. » Et il n’en est pas resté là. Ne voulant ni transformer son groupe en prochain Rage Against the Machine, et découvrant son désir de rapper dans sa langue maternelle, Julien décide donc de monter Freshdax : avec l’aide de son pote Jacques Rasic, alias StA, aux tourne-disques, il se met donc à produire des tracks de hip-hop.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la sauce prend. Si les thèmes sont – volontairement – légers, Freshdax ne faisant pas dans la politique, l’album est une belle balade qui évoque l’enfance, une ode aux vacances en Provence et puis quelques chansons plus ironiques, voire sarcastiques sur d’autres rappeurs, qui, même s’il ne sont pas nommés, semblent agacer profondément Julien Primout par leur attitude ghetto, pas toujours très crédible.

Musicalement, on n’est pas loin des sonorités de De Läb, avec des incursions jazzy, des infusions psychédéliques et même des apparitions de krautrock. D’ailleurs la chanson « Wat, Wou, Vinyl », sur laquelle on retrouve Corbi, la moitié de De Läb, parle avec beaucoup d’amour de la passion pour les vieux disques. Une autre particularité du disque est sans doute le label chez lequel il est sorti. Car pour Noiseworks Records, vieux label de rock et d’indé local, le rap est aussi une nouveauté. La collaboration s’est faite spontanément, Freshdax étant un proche d’un des chefs de Noiseworks.

Donc, si vous ne voulez pas rater le premier release de l’année, marquez bien la date de ce samedi et rendez-vous à l’Exit07.

Ce samedi 18 janvier à l’Exit07.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.