Serreau Coline: Chaos

„Chaos“, le nouveau film de Coline Serreau est un grand coup de pied dans le politiquement correct d’aujourd’hui.

K.-O. pour les politiquement corrects

Avec „La Crise“, déjà, Coline Serreau a su démontrer que l’on pouvait rire tout en apportant une sévère critique de notre société et de son système de valeur.“Chaos“ est un grand coup de pied dans le politiquement correct d’aujourd’hui. Coline Serreau s’en prend aux sales types en tous genres, ranimant la flamme d’un féminisme belliqueux; s’attaque sans vergogne aux familles maghrébines qui „emprisonnent“ leurs filles, les marient de force au nom de leur culture; écorche au passage le portrait d’une famille française où l’on a très bien réussi mais où l’égoïsme et l’indifférence dominent. Bref, tout le monde y passe sans la moindre touche d’indulgence: „Quand vous défendez vraiment les droits de la femme, les bonnes âmes crient au fascisme … C’est quoi les droits de l’Homme? Les femmes en Arabie Saoudite n’ont pas le droit de conduire, ni d’aller à l’école, ni de travailler (ndlr: Bien qu’il existe une réelle discrimination, les affirmations de madame Serreau ne sont pas toutes exactes). Ce n’est pas un droit de l’Homme, ça ? Alors, quand un homme est lésé, c’est un crime? Et quand c’est une femme, c’est la tradition?“

Cette harangue puise ces fondements dans le consensus qui veut que l’on ne critique pas l'“autre“ de peur d’être taxé-e de raciste même s’il y a réellement matière à remise en question.

On retiendra aussi que le trait est forcé jusqu’à la caricature et que tout cela est évidemment voulu par la réalisatrice. Cet aspect caricatural permet de créer une distance par rapport à la réalité qui déculpabilise le spectateur et nous autorise à penser que toutes les familles françaises ou maghrébines ne sont pas représentées ici, à notre grand soulagement!

Totalement indifférents aux autres

Le film s’ouvre sur le quotidien du couple: Paul (Vincent Lindon) et Hélène (Catherine Frot), la quarantaine, obnubilés par leur job et leur beau portefeuille, totalement indifférents aux autres, à leur propre fils, qui ne vaut pas mieux, comme à la vieille mère de Paul. Un soir, alors que le couple sort en voiture, une jeune prostituée est tabassée sous leurs yeux alors que Paul n’a pas voulu lui ouvrir la portière de sa voiture afin qu’elle puisse se réfugier à l’intérieur. Une fois la rossée terminée, Paul enlève les traces de sang sur le pare-brise et ne se soucie que d’une chose: ne surtout pas avoir d’ennuis. Ils laissent donc la jeune femme gisante sur le trottoir et prennent la fuite. Le film démarre fort, comme une critique sociologique grinçante. Serreau ose filmer avec humour et cynisme des sujets qu’on a l’habitude de traiter avec des trémolos dans la voix.

Second acte: la pauvre Hélène ne supporte pas un tel manque d’humanité et décide de retrouver la jeune femme prénommée Noémie (Rachida Brakni) dans la ville, afin de l’accompagner dans sa longue rééducation interrompue ça et là par des méchants qui en veulent à la belle, on ne sait trop pourquoi. On le saura plus tard, quand Noémie retrouve l’usage de la parole pour nous plonger dans un très long flash-back (une construction inhabituelle mais très efficace) où elle raconte son histoire, son drame d’être une jeune Algérienne que son père à voulu marier de force pour une histoire de sous. Proie facile pour les macs, la jeune se prostitue mais travaille des neurones pour préparer une longue et diabolique vengeance contre ceux qui lui ont fait du mal, une revanche sur les hommes, sa famille et le système en général. Un joli coup de gueule contre les machos, les intégristes et les proxénètes qui, à coup sûr, détesteront le film!

Au Ciné Utopia


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.