Festival: Digital Rotondes


Les Rotondes se lancent dans l’ère du numérique avec le festival Multiplica – une programmation ambitieuse et hétéroclite qui aura lieu sur toutes les scènes de l’établissement.

Deux paysans ukrainiens au centre d’un spectacle numérique : « Zvizdal – Chernobyl – So far, so close » de la compagnie anversoise Berlin.

« Après deux années passées à réinvestir les lieux, nous avons atteint notre vitesse de croisière », constatait avec une satisfaction visible le nouveau maître des lieux Steph Meyers lors de la conférence de presse de mardi dernier. « C’est un festival plus conséquent que le dernier où nous étions partenaires avec l’institut Pierre Werner (IPW). Cette fois, nous volons de nos propres ailes », a-t-il ajouté.

Et il est vrai que pour Multiplica les Rotondes sortent le grand jeu et utilisent toutes les possibilités que leur site exceptionnel permet. Pour ce festival axé sur les libertés qu’offre l’art numérique, elles vont même un peu plus loin, puisque le festival offrira aussi la première occasion de pénétrer dans la Rotonde 2 – qui jusqu’ici était fermée au public, sauf pour la partie bar et concerts. Et ce parce que le gouvernement ne voulait simplement pas investir dans la restauration de cette partie. N’empêche que l’équipe derrière Multiplica y montrera « Rise of the Machines » du Luxembourgeois Steve Gerges. Présenté comme une « installation de lumières chorégraphiées », le spectacle tournera autour de l’intelligence artificielle : « C’est l’histoire de deux robots qui travaillent ensemble dans une usine et qui commencent à se connaître », a révélé Gerges à la conférence sans en dire plus.

Mais à côté d’autres installations – dont une sur le bar des Rotondes, « Overflow » de Maurizio Fusillo, et la sculpture tridimensionnelle et interactive « Ratkaisu » par « aBe » -, Multiplica s’ouvre aussi aux arts de la scène. En premier lieu, il faut relever « Zvizdal – Chernobyl – So far, so close », une pièce de théâtre documentaire avec vidéos de la compagnie Berlin, qui est originaire d’Anvers pourtant. Dans ce spectacle, deux habitants de la région sinistrée d’Ukraine sont au centre de l’attention. Pétro et Nadia ont toujours refusé de quitter Zvizdal, leur village natal. Sur base des interviews avec le couple, la compagnie Berlin transformera et sublimera cette histoire avec son style particulier (elle était déjà l’invitée de la maison avec « Perhaps All the Dragons »), dans la Rotonde 1. Pour les amatrices et amateurs de danse, trois spectacles ont été prévus : « Kube » et « E-Scape » de la compagnie lilloise Cie DK 59, ainsi que « Hakanai » de la compagnie Adrien M/Claire B de Lyon. À noter que tous les spectacles utilisent d’une façon ou d’une autre les arts numériques.

(©Romain Etienne)

Côté musique, un seul spectacle est annoncé, mais pas n’importe lequel : « Ce sera sûrement le type le plus intelligent à jamais avoir joué sur notre scène », a jeté Marc Hauser, chargé de la programmation musicale, pour présenter Max Cooper. Cooper, qui est un producteur techno reconnu internationalement, détient aussi un doctorat en Computational Biology de l’université de Nottingham. Rien à voir ? Si, car dans son spectacle « Emergence », qui combine son et vidéo en live, le spectateur pourra suivre rien moins que le spectacle de l’évolution. « Pas besoin cependant d’avoir un bac +5 pour suivre, vous pourrez aussi venir pour simplement danser », a rassuré Hauser à la fin de sa présentation.

Finalement, que serait un tel festival sans discours ? Comme il se doit, Multiplica propose une série de discussions (qu’on pourra aussi suivre en live via la page Facebook des Rotondes) avec divers intervenants du festival, animées par le journaliste culturel de la radio publique Yves Stephany. Cerise sur le gâteau : celles et ceux qui le désirent peuvent aussi s’instruire dans le cadre de plusieurs workshops donnés par Abe Pazos, ou « aBe », le créateur de la sculpture interactive « Ratkaisu ».

Grandes ambitions donc pour l’équipe des Rotondes qui s’est lancée dans une nouvelle aventure digitale – et tout cela sans participer au cirque du « nation branding » !

Du 9 au 12 février aux Rotondes. 
Plus d’informations et réservations sur www.rotondes.lu.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.