Fichier central : Un formulaire et un déni

La polémique sur les bases de données de la justice et de la police se poursuit. Pendant que le parquet essaie de s’en laver les mains, le Chaos Computer Club met à disposition un site web pour les citoyen-ne-s.

(© woxx)

Vendredi dernier, une occasion rare s’est présentée aux représentant-e-s des médias : une conférence de presse du parquet général. Normalement, cette branche de la justice ne communique que par temps de crise – qu’on se rappelle la conférence de presse donnée par Roby Biever, ancien procureur général, un dimanche matin dans le contexte de l’affaire Bommeleeër. Cette conférence de presse permet donc de mesurer l’ampleur du tohu-bohu en coulisses…

C’est d’ailleurs probablement la raison pour laquelle la procureure générale Martine Solovieff a tenu à relativiser les reproches dont elle fait l’objet : « On a écrit que je n’étais pas consciente du fait qu’il y avait un problème. Ce n’est pas le cas », a-t-elle expliqué devant la presse réunie. En effet, selon elle, le parquet n’aurait jamais vraiment manqué de base légale – en tout cas pas récemment – et serait en train de s’adapter au règlement européen RGPD, encadrant les bases de données depuis l’année dernière. En effet, le règlement en question prévoit que chaque institution qui collecte des données soit également responsable de leur traitement et que ce ne soit plus à l’État de réguler.

Bref, en attendant, le public est prié de bien vouloir croire en la bonne volonté du parquet, qui a explicité en long et en large la licéité de ses procédures – sans pour autant vraiment répondre sur le fond de la polémique.

Entre-temps, le Chaos Computer Club a pris l’initiative de mettre en place un site web (http://fichiercentral.c3l.lu) grâce auquel chaque citoyen-n-e pourra demander au responsable délégué à la protection des données de la police, moyennant un message automatisé (il suffit d’attacher un scan de la carte d’identité), la copie de ses données. Le gouvernement n’est en tout cas pas sorti de l’auberge pour le moment…


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.