Jazz
 : Ça swingue au féminin


Quelques jours avant la Journée de la femme, la Philharmonie dégaine les gros calibres pour « Ladies ! », soirée de jazz entièrement féminine. Une association de sept artistes talentueuses et expérimentées qui promet.

1361_event_1

Des vents de haut vol : Anat Cohen… (© Augusta Sagnelli)

1361_event_3

… Melissa Aldana…

Si l’image féminine du jazz s’est longtemps cantonnée aux serveuses des clubs enfumés, peu à peu des chanteuses (l’immense Billie Holiday par exemple) ou quelques rares instrumentistes (l’inclassable Carla Bley) se sont distinguées. Mais les amateurs éclairés savent que tous les pupitres, sans exception, ont désormais leurs femmes virtuoses. Excellente idée donc que de programmer une formation entièrement féminine, qui plus est composée de certaines des meilleures jazzwomen actuelles, et qui rodera son programme la veille à la Philharmonie de Paris.

À tout seigneur, tout honneur : la Franco-Américaine Cécile McLorin Salvant, qui vient de se voir récompenser par un Grammy il y a quelques jours pour l’album « For One to Love », assurera la partie chantée ce dimanche à Luxembourg. Sa plasticité vocale, acquise notamment lors de ses études de chant lyrique, fait des merveilles dans le registre jazzy. Autre heureuse détentrice d’un Grammy depuis 2012, Terri Lyne Carrington, originaire du Massachusetts, sera à la batterie. Professeure au prestigieux Berklee College of Music, elle a joué avec des pointures telles que Herbie Hancock, Wayne Shorter, Al Jarreau ou Stan Getz, pour ne mentionner que les plus connues du grand public.

Pour compléter la section rythmique, l’étonnante Malaisienne Linda Oh, qui a fait ses études musicales à Perth en Australie, s’affairera à la contrebasse ; la Canadienne Renee Rosnes aura le rôle de directrice musicale derrière les touches du piano, instrument dont elle a joué avec d’innombrables stars du jazz comme Wayne Shorter (encore lui !) ou J. J. Johnson, avant de voler de ses propres ailes tant comme leader de petites formations que comme compositrice.

Du côté des instruments à vent, le talent est évidemment aussi au rendez-vous. L’Israélienne Anat Cohen a reçu le prix de clarinettiste de l’année décerné par la Jazz Journalists Association pendant huit années d’affilée, de 2008 à 2015. Elle est fascinée aussi par la musique brésilienne. La saxophoniste Melissa Aldana, venue du Chili, est une fervente admiratrice de Sonny Rollins et son jeu puissant et virtuose n’a rien à envier à celui du maître américain. Quant à Ingrid Jensen, originaire d’une commune de l’île de Vancouver au Canada, elle a déjà promené sa trompette sur les cinq continents.

1361_event_2

… et Ingrid Jensen. (© Scot Macleod)

En plus de leur féminité, les artistes qui se produiront à la Philharmonie ont en commun une boulimie de travail, tant comme solistes que comme membres ou leaders de groupes divers, et surtout une volonté de transmettre proprement fascinante. Elle se traduit par des postes officiels de professeures, mais aussi par des séries de vidéos visibles sur l’internet ou par des explications circonstanciées lors des concerts. Et puis, on l’a vu, du classique au jazz en passant par les musiques du monde, toutes surfent sur la vague de l’éclectisme musical avec bonheur, sans s’éparpiller mais en tirant le meilleur de leurs influences. Gageons que le public sera conquis et conjuguera aussi désormais, en toute connaissance de cause, le jazz au féminin.

« Ladies ! », à la Philharmonie ce dimanche 6 mars à 20 heures.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.

Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.