Josée Hansen : Piccolo Teatro

Après « Piccolo Mondo », où elle avait pris le monde de l’art sous sa loupe, Josée Hansen, rédactrice culturelle du Lëtzebuerger Land, s’attaque dans son nouveau livre au monde du théâtre – avec distance mais succès.

(© land.lu)

Quiconque a déjà écrit sur le monde du théâtre au Luxembourg (et ailleurs aussi) connaît le problème : souvent, publier son opinion critique sur telle ou telle pièce revient à donner un coup de pied dans un nid de guêpes en colère. Qu’on se fasse traiter de journaleux inculte, de critique jaloux ou d’autres noms pires encore, cela fait partie de la profession. Alors, pour écrire tout un livre sur ce monde complexe et plein de petites et grandes jalousies, mieux vaut signer une assurance-vie auparavant ou alors… trouver une parade.

L’auteure a opté pour la deuxième voie, comme l’annonce déjà le sous-titre de son ouvrage : « Deux ans de rencontres théâtrales au Luxembourg ». Le sujet est donc circonscrit dans le temps et le livre ne prétend aucunement à l’universalité. Dans son introduction, Hansen précise d’ailleurs : « Ce n’est pas un livre scientifique, ce n’est pas une anthologie ou une encyclopédie (…) vous n’y trouverez ni ragots, ni les excès, ni les médisances et encore moins les histoires de trahisons, qu’on m’a (forcément) racontés. »

Pourtant, « Piccolo Teatro » n’est pas un livre sans parti pris. Tout au contraire, il se met du côté et dans la perspective de celles et de ceux qui chaque jour à la sueur de leurs fronts réalisent les métiers, très divers et pas toujours reconnus à leur juste mesure, du monde du théâtre. Et se montre dur par rapport à la politique culturelle – souvent ignorante des réalités. Pour ce faire, Hansen procède à un tour d’horizon très large.

Le livre commence par un petit rappel historique qui donne une idée des pas de géants réalisés depuis le théâtre d’un Eugène Heinen en passant par Tun Deutsch jusqu’à Frank Hoffmann, son pari audacieux de fonder le Théâtre national du Luxembourg et ses premières mises en scènes (dont l’inoubliable « Traumspiel » d’August Strindberg au Théâtre d’Esch en 1997). Puis l’horizon s’élargit pour embrasser les structures et les financements – les mécaniques de la machine – et enfin s’intéresser au personnel de bord : metteur- se-s en scène, actrices et acteurs, dramaturges mais aussi au niveau des métiers pratiques, technicien-ne-s ou encore costumiers-ères. Mais Josée Hansen ne laisse pas de côté non plus l’épineux sujet des critiques de théâtre – dont elle fait évidemment partie – en s’entretenant avec des collègues sur le sujet. La subjectivité nécessaire de toute critique, les liens tissés entre le critique et les équipes de théâtre et autres spécialités finalement pas si luxembourgeoises que cela sont au menu.

La deuxième partie du livre est plus classique et permet d’accroître davantage l’horizon, puisque Hansen – à l’instar de « Piccolo Mondo » – y publie des entretiens-portraits de personnages marquants de la scène (André Jung, Frank Feitler, Carole Lorang, Steve Karier, Anne Simon, Luc Feit, Marie Jung et Ian De Toffoli). Des textes qui permettent de regarder un tant soit peu à l’intérieur de ces têtes créatives.

« Piccolo Teatro » est d’ailleurs enrichi de photographies et portraits d’Éric Chenal, qui laissent divaguer le regard du lecteur ou de la lectrice dans les coulisses. Un livre qui donne envie d’aller au théâtre… ne serait-ce que pour vérifier les dires de la critique.

Paru aux éditions d’Lëtzebuerger Land. 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.