Politique d’asile : Aux limites des capacités ?

Les structures d’accueil existantes arrivent à leurs limites, mais le gouvernement ne répond que par des changements cosmétiques.

(Photo : Wikimedia)

C’est un des résultats de la polémique déclenchée par Nicolas Schmit et Corinne Cahen il y a deux semaines (woxx 1408) : la structure d’accueil Luxexpo au Kirchberg ne sera plus destinée à l’accueil des primo-arrivants. C’est ce qu’a décidé le conseil de gouvernement de vendredi passé, selon des informations de la radio 100,7. Le hall 6, qui accueille jusqu’à 300 demandeurs d’asile et qui est géré pour l’instant par la Croix-Rouge, deviendra une sorte de centre de rétention bis. Des déboutés du droit d’asile en attente de leur expulsion vers leur pays d’origine ainsi que des personnes attendant leur transfert « Dublin III » vers un autre État européen y seront logés.

La mesure intervient sur fond de discorde entre la ministre de la Famille et de l’Intégration Corinne Cahen et le ministre de l’Immigration Jean Asselborn. En effet, les structures d’accueil existantes arrivent à leurs limites en termes de lits disponibles. En cause, pour Cahen : la présence de « Dubliners », de personnes donc qui ont déjà été enregistrées dans un autre pays européen avant d’arriver au Luxembourg, et d’autres personnes n’ayant que très peu de chances de recevoir la protection internationale au grand-duché. En transformant le hall 6 de Luxexpo tout en appliquant une « procédure accélérée » pour les demandeurs d’asile des Balkans, le gouvernement espère libérer des places supplémentaires dans d’autres centres d’accueil.

Sur les quelque 3.300 personnes se trouvant actuellement dans les structures, environ 200 tombent sous le coup des règlements « Dublin », explique le directeur de l’Olai, Yves Piron, dans une interview avec le Wort. En plus de cela, il y aurait environ 200 personnes en attente d’une expulsion. 400 personnes donc en tout, dont la responsabilité incombe à la direction de l’Immigration et qui, selon Cahen, engorgeraient les structures de l’Olai. Mais le directeur de l’Olai pointe un autre fait, omis par la ministre : il y a, dans ces structures, aussi 800 personnes qui bénéficient déjà de la protection internationale, mais qui ne trouvent pas de logement sur un marché excessivement cher et manquant cruellement de logements sociaux.

Il resterait entre 700 et 800 lits disponibles dans les structures actuelles, dit Piron dans le Wort. En janvier, on pourrait compter environ 250 arrivées – dans deux mois et demi au plus tard, les structures d’accueil arriveront à leurs limites. Les ouvertures régulières de nouveaux centres d’accueil ne suffiraient pas pour compenser les arrivées massives.

« Maison de retour »

Une goutte d’eau dans l’océan, la réutilisation du hall 6 ? Probablement, oui. Mais une première concession sous la pression de ses collègues ministres d’un Jean Asselborn peu présent au ministère de l’Immigration. Mercredi prochain, il présentera en détail les nouveautés au parlement. D’après ce qui a déjà fuité dans la presse, ce sera la direction de l’Immigration qui gérera Luxexpo à l’avenir. La police y sera présente, et les personnes logées relèveront d’un régime « semi-ouvert ». Elles pourront donc quitter la structure en journée, mais seront obligées de se présenter une fois par jour. Par ailleurs, Jean Asselborn n’a pas voulu qualifier la nouvelle structure de « centre de rétention » face au Wort. Il préférerait le terme de « maison de retour », a-t-il expliqué. Pas sûr que ce soit le genre de « maison de retour » que les ONG avaient espéré après l’annonce, dans l’accord de coalition de 2013, de la création d’une telle structure.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.