Quand les PPP sont trop chers

Le nouveau lycée technique de Bonnevoie sera retardé.

Souvent présentés comme la solution pour accélérer la réalisation des infrastructures publiques tout en économisant les deniers publics, les partenariats public-privé (PPP) ne semblent plus avoir tellement la cote auprès des responsables politiques. Dans sa réponse aussi brève que précise à la députée chrétienne-sociale Françoise Hetto au sujet de l’annulation de la procédure d’appel d’offres pour le projet PPP du lycée technique de Bonnevoie, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics François Bausch (Déi Gréng) ne peut que confirmer le désastre : « En effet, toutes les offres finales remises dans le cadre de la construction du nouveau lycée (…) à réaliser par le biais d’une procédure partenariat public-privé dépassent largement les coûts calculés pour une réalisation du projet par voie classique ». Par conséquent, la procédure a été annulée en date du 16 novembre 2018.

« Il va de soi que les dates d’ouverture initialement prévues pour le rentrée 2020-2021 ne peuvent pas être maintenues », explique par ailleurs le ministre. Pire encore : avant de pouvoir décider d’une nouvelle procédure, il indique devoir attendre la fin de la procédure PPP en cours qui comporte aussi « un délai de trois mois du jour ou la décision à été notifiée pour ce qui est des recours intentés à l’encontre des actes administratifs, tels que l’annulation » du marché en cours. Avant cette date, il serait impossible de se prononcer sur un futur calendrier des travaux. Un délai qui pourrait encore se prolonger, si un recours était effectivement introduit par l’une des sociétés ayant proposé ses services au gouvernement.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.