Monkeler : renvoi de patates chaudes

La zone industrielle du Monkeler ne retrouve pas le calme, même en plein trou d’été. Après les polémiques sur la fabrique d’asphalte, qui tourne d’ailleurs à plein régime malgré l’opposition des communes environnantes, et la décharge effondrée de Mondercange, c’est le réseau d’eaux pluviales de la zone industrielle, qui se déverse dans l’Alzette, qui fait parler de lui. Une analyse commandée par le « partenariat de cours d’eau du bassin supérieur de l’Alzette », rassemblant les communes d’Esch, Schifflange, Sanem, Bettembourg et Roeser, vient de démontrer que les sédiments de la rivière sont fortement contaminés par les rejets industriels provenant du Monkeler. En réponse à une question parlementaire sur le sujet, la ministre de l’Écologie, Carole Dieschbourg, renvoie d’abord la balle aux communes auxquelles « incombe la collecte, l’évacuation et l’épuration des eaux usées et des eaux pluviales dans les zones urbanisées ». De plus, selon le ministère, la contamination émanant de la zone industrielle ne serait qu’une hypothèse parmi d’autres. Ce qui a provoqué une réaction plus ou moins virulente de Roland Schreiner, le maire de Schifflange. La bataille autour de la zone industrielle est donc loin d’être terminée – même avec des Verts au gouvernement.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.