Niccol Andrew: Simone

Avec »Simone », le réalisateur Andrew Niccol, scénariste de »TrumanShow »- auquel on n’arrête pas de penser alors que cette histoire-ci est totalement différente- remet sur le tapis le débat autour du cinéma numérique.

Al Pacino sera-t-il écrasé par sa propre créature virtuelle?

LE NOUVEAU PACINO

Tout n’est qu’illusion

A la sortie de « Final Fantasy », le tout Hollywood craignait que dans un futur proche, les stars ne se fassent remplacer par des modèles digitalisés. Un avantage certain puisque ceux-ci ne vieillissent pas, n’ont pas de caprice, acceptent tout ce qu’on leur demande et, en plus, ne demandent pas de cachets mirobolants! Bref, les stars digitales n’ont que des avantages. Et si la polémique à Hollywood a fini par passer, voilà que »Simone » relance le débat. La polémique est le sujet de prédilection d’Andrew Niccol. Dans « Gattaca », il est à la recherche de l’être parfait, avec« Simone » la recherche de la perfection est également le centre du sujet. Dans les deux cas, le public s’inquiète de la véracité des théories d’Andrew Niccol. Lors de la présentation du film au festival de Deauville, il s’est voulu rassurant en déclarant: « Toutle monde est en quête de la perfection. Seulement, dans le cas de ‘Simone’, nous sommes malgré tout dans la fiction, car les techniques d’aujourd’hui ne nous donnent pas encore la possibilité de créer ce genre de personnage, ou alors que pendant quelques petites minutes. »N’ayant plus la cote à Hollywood et nanti d’une starfétiche qui le largue en plein milieu d’un film pour « différends artistiques », Viktor Taranskyn’a vraiment plus grand-chose à perdre. Grâce à Hank, un génie de l’informatique, il va pouvoir rebondir en créant une star virtuelle encore plusbelle que nature. Très rapidement, Simone va rencontrer le succès et devenir la coqueluche des Américains, mais aussi de la presse, prête à tout pour la rencontrer. Ne voulant absolument pas que son secret soit découvert, Viktor Taransky doit jouer quotidiennement de tous les subterfuges possibles et imaginables pour déjouer la vigilance dela presse à scandale. Seulement, il est loin de s’imaginer qu’un jour la machine finira par être plus forte et il se fera prendre à son propre piège. Présenté en avant-première au festival de Deauville, « Simone »est une comédie comme on en fait rarement. Chacun en prend pour son grade: du monde du cinéma, et son côté impitoyable, à la presse, qui manifeste son côté 7e pouvoir, en passant parle public, bien souvent incrédule, et même les politiciens. Tout est dit sans méchanceté, avec tact et diplomatie. Mais, tout est dit quand même! Qui est Si mone? Al Pacino, une fois encore, est magistral dans ce rôle de réalisateur qui ne s’avoue jamais vaincu. Il se bat seul contre le monde entier, non pas pour arnaquer les gens, mais simplement parce qu’il est au service de son art. Quant à Simone, long temps Hollywood a fait croire qu’il s’agissait bien d’une actrice créée virtuellement. Mais après investigation de la presse, il s’avère qu’elle n’est autre que Rachel Roberts, une mannequin canadienne qui, après sa prestationde star mi-artificielle, mi-réelle, pourrait bien renouveler l’expérience. Bien filmé, bien mis en scène, avec un scénario bien ficelé et d’innombrables rebondissements évitant les quiproquos dérangeants et lourds: tous ces ingrédients font de »Simone » une comédie fraîche et intelligente, qui ressemble tellement à la réalité qu’elle donne la chair de poule aux stars si souvent capricieuses. Avec Simone, on ne s’ennuie pas une seconde eton se délecte de voir Al Pacino courir dans tous les coins et inventer quantité de stratagèmes pour éviter la presse un peu trop curieuse. Seul petit regret, lafin quel’on devine trop facilement et qui gâche un peu l’effort fourni par le scénariste durant tout le film. Pour terminer, un petit conseil: restez jusqu’à la fin du générique, car à l’issue de celui-ci, « Simone » vous réserve une bien belle surprise.

Thibaut Demeyer


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.