Front commun

Au-delà des déclarations de bonne intention récurrentes des partis de gouvernement, les réformes en matière de participation politique des étrangers avancent au rythme d’une deux-chevaux toussoteuse. Au moins, les jeunes militant-e-s sont plus volontaristes. Les jeunes du CSV, du LSAP, du DP, des Verts, de déi Lénk et du Parti communiste ont présenté lundi dernier leur plate-forme « refresh democracy », soutenue par l’Association de soutien aux travailleurs immigrés (Asti). Une fois n’est pas coutume, les six se sont mis d’accord sur un certain nombre de points plus ou moins audacieux. Au niveau des élections communales, par exemple, ils plaident pour une réforme des commissions consultatives, ainsi que pour l’abolition des dérogations du traité de Maastricht qui permettent aux Etats membres de réserver l’accès aux fonctions communales exécutives aux seuls nationaux. Petite originalité : alors que la double nationalité sera bientôt adoptée par la Chambre, les jeunes évoquent même le principe de « multiple nationalité » ! Ils sont également d’accords pour approuver la participation des étrangers aux élections législatives. Par contre, le principe du droit du sol, qui résoudrait bien des problèmes dans ce pays d’immigration qu’est le Luxembourg, n’est pas évoqué dans la déclaration commune. Pas encore ?


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.