Coup de frein pour le wi-fi parisien

Dans le temps, il fallait être câblé, mais désormais c’est l’accès à internet sans fil qui constitue la marque de l’homme – et de la ville – moderne. C’est pour cela que des villes comme Paris et Luxembourg (« hot city ») mettent à disposition du public des bornes en technologie wi-fi appelée encore WLAN : dans un certain rayon alentour, tout ordinateur portable équipé de cette technologie pourra accéder à internet, les données étant transmises par ondes électromagnétiques. Justement, ces ondes ont causé des ennuis à la mairie de Paris : une partie du personnel des bibliothèques équipées d’émetteurs se sont plaints de maux de tête et de malaises. Sur demande du comité d’hygiène, on a suspendu de manière préventive l’accès wi-fi dans quatre bibliothèques. Officieusement, la mairie affirme néanmoins vouloir poursuivre son objectif de couvrir Paris avec des émetteurs wi-fi. Au Luxembourg, un pareil incident mettrait en posture délicate le parti vert. En effet, il est engagé dans la coalition municipale qui pose les bornes wi-fi, et compte dans ses rang Jean Huss, grand pourfendeur des ondes nuisibles. Jusqu’ici, la technologie wi-fi n’a pas fait beaucoup parler d’elle au Luxembourg, alors qu’elle a déjà – bien avant « hot city » – été massivement introduite dans les écoles.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.