NUCLEAIRE: Volte-face

Depuis le début de la catastrophe nucléaire au Japon, certains politiciens se mettent à faire la girouette et affirment qu’ils étaient depuis toujours des anti-nucléaires. Est-ce bien crédible ?

Oh, miracle de la fission nucléaire. Elle ne sait pas seulement transformer des éléments radioactifs en énergie, mais elle peut aussi faire virer des convictions politiques à une vitesse record. La centrale de Fukushima a beau se trouver à l’autre bout de la planète, cela n’empêche pas des mouvements tectoniques dans le paysage politique local.

Ainsi s’est constitué au Luxembourg un large front baptisé « Aktionskomitee gegen Atomkraft ». Les revendications de ce comité d’action correspondent au plus petit dénominateur commun qu’on peut trouver entre anti-nucléaires d’aujourd’hui : une mise hors réseau des centrales de Cattenom, Chooz et Fessenheim en France, Thilange et Doel en Belgique ainsi que Philippsburg en Allemagne. Une redistribution des subventions européennes en matière d’énergie de façon à ce que celles-ci ne financent que la production et la recherche dans le domaine des énergies renouvelables. Et puis, à plus long terme, l’indépendance énergétique du Luxembourg vis-à-vis du courant électrique provenant aussi bien de centrales nucléaires que de celles qui fonctionnent à l’énergie fossile. Outre l’union des maires contre le nucléaire qui est éclose tel un champignon atomique il y a peu, le comité d’action représente certainement la plus large fraction anti-nucléaire.

Fini donc le cliché du militant mal rasé qui chantonne sous la pluie devant les centrales, l’attitude anti-nucléaire en 2011 est tout à fait compatible avec un costard-cravate ou même une soutane. Car, si les Verts et le LSAP font partie des membres fondateurs du comité d’action, le CSV entend faire de même. Pour cela une réunion du comité avec les nouveaux candidats a eu lieu mercredi. « Nous supposons que le CSV va nous rejoindre. En tout cas son représentant a soutenu les trois revendications du comité et nous n’avons rien à opposer à leur candidature », résume Paul Polfer du Mouvement écologique qui coordonne aussi le comité d’action.

Le parti conservateur serait en effet un poids lourd dans la toute nouvelle coalition contre le nucléaire. Mais est-ce crédible pour un parti qui veut brancher directement le pays aux centrales françaises par le biais de la ligne Sotel en construction mais très controversée ? Est-ce crédible pour un parti dont le ministre Biltgen a défendu encore il y a un an le projet du réacteur à fusion ITER à Cadarache, projet que Jean-Claude Juncker veut « réviser », comme il l’a dit dans son discours sur l’état de la nation cette semaine ? Et finalement, est-ce crédible pour un gouvernement dont le fonds de pension public (FDC) investit des millions d’euros dans le secteur nucléaire  – dont 700.000 euros dans le géant japonais Tepco, comme l’ont révélé Déi Lénk, ?

A ces questions, Paul Polfer a préféré opposer un : « Pas de commentaire. » Histoire de ne pas plomber une belle aventure avant qu’elle ne commence réellement. Pourtant, ce n’est pas seulement le CSV qui pose problème, la même méfiance devrait être de mise face au LSAP qui par le passé a certes été opposé à Cattenom, mais dont la ligne anti-nucléaire reste pour le moins floue.

En tout cas, deux choses sont sûres : les mentalités sont en train de changer sur le problème nucléaire, et la bataille sur la crédibilité de cette initiative est engagée. Que le meilleur gagne !


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.