ANTICLÉRICALISME: L’effet AHA

Lundi dernier, l’alliance des humanistes, athées et agnostiques du Luxembourg (AHA) a inauguré une campagne de promotion sur les autobus – et ne s’attend pas à de grandes réactions.

L’idée d’utiliser des campagnes publicitaires pour rendre le public attentif à l’athéisme, pour l’encourager à dire haut et fort que Dieu est mort ou du moins n’a probablement jamais existé, est tout sauf nouvelle. Déjà en 2009, la British Humanist Association avait lancé une campagne similaire en faisant afficher sur les bus rouges londoniens le slogan « There’s probably no God – Now Stop Worrying and Enjoy your Life ». Cette idée a été reprise dans de nombreux pays européens et a même été réalisée avec succès aux Etats-Unis – pourtant peu connus pour être tolérants envers les non-croyants. Dans certains pays, les communautés religieuses ont répliqué, dans d’autres pas. Le cas allemand est certainement intéressant dans cette optique, car même si les églises officielles n’ont pas réagi, les compagnies de transport publiques ont refusé les affiches, forçant les athées militants à louer leur propre bus et à parcourir l’Allemagne toujours poursuivis par des groupuscules de chrétiens fanatiques.

La campagne luxembourgeoise ne fera sûrement pas l’objet de tant de controverses, ne serait-ce qu’à cause du slogan un peu trop consensuel qu’ils emploient : « Nët reliéis ? – Stéi dozou ! ». Certes, l’idée d’émanciper enfin tous les athées ou agnostiques grand-ducaux contre l’omniprésence catholique est louable, mais nous sommes loin d’une assertion aussi radicale que celle de la campagne originale anglaise qui disait pourtant clairement que pour un athée Dieu n’existe – probablement – pas, un point c’est tout. Et puis, point de vue optique, la campagne de l’AHA risque fort d’être confondue avec celle d’un assureur ou d’un opticien.

S’ils ne se montrent donc pas particulièrement féroces, les militants anticléricaux ont tout de même un message intéressant à faire passer. Car ils se sont éloignés des clichés de bouffeurs de curés entièrement ciblés sur la décadence et les mensonges de l’église catholique pour approcher l’athéisme de façon affirmative et positive : « Certes, l’église prétend être le centre spirituel de la majorité de la population et l’Etat la soutient dans la représentation officielle du Luxembourg en tant que pays à 90 pour cent catholique. Mais la réalité est différente », estime pour sa part Laurent Schley, le président de l’alliance. « La dernière étude du Ceps-Instead à ce sujet parue en février de cette année prouve que de moins en moins de personnes se qualifient comme religieuses. Ce que nous voulons avec cette campagne, c’est avant tout enlever la peur aux gens. Cette peur qu’ils ressentent devant l’affirmation de leur non-religiosité dans une société qui – même si elle n’y croit plus – reste tout de même ancrée dans un carcan de traditions qui exerce une énorme pression sociale. »

Schley ne s’attend pas à de grandes réactions de l’église luxembourgeoise et il a de bonnes raisons : « Avec leur empire médiatique, ils ont tous les moyens de nous ignorer et de veiller à ce qu’un minimum de personnes ne soient informées de notre travail. Le jour où ils réagiront, ils nous prendront au sérieux ». D’autant plus que l’église est surtout occupée à faire oublier les scandales liés à la pédophilie dans ses rangs et ne se permettra très probablement pas d’apparaître comme élément obscurantiste dans la sphère publique.

La campagne AHA est donc une première pour le Luxembourg, mais loin d’être originale. De plus, elle présente encore un point faible : son financement. A cette question, l’embarras s’installe dans les rangs de l’alliance : « Comme vous le savez, une telle compagne est très coûteuse et elle a été entièrement financée par un grand don anonyme », admet Schley. Pour une association qui réclame la transparence sous les soutanes, ce n’est pas tellement conséquent.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.