LOGEMENT: Proprios mais plus trop

Au Luxembourg, l’accession à la propriété devient de plus en plus difficile. Avec pour conséquence un exode vers les zones rurales et la dépendance envers les parents.

Le Luxembourg, eldorado de la propriété ? Cette exception européenne – le Luxembourg, avec ses deux tiers de propriétaires de logements est un des rares pays où le rapport entre la propriété et la location est inversement proportionnel à la plupart des autres pays – s’étiole peu à peu. C’est ce qui ressort de la dernière note de l’Observatoire de l’habitat, intitulée « Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un logement correspondant à leurs besoins en 2009 qu’en 2005 ? ». Et cela malgré un taux d’emprunt qui a diminué, passant de 3,51 à 2,37 %.

Evidemment, répéter que la situation de l’accessibilité au logement au grand-duché se détériore n’a rien de nouveau en soi. Mais certains éléments fournis l’étude de l’Observatoire sont néanmoins intéressants, selon que l’on est déjà propriétaire ou encore locataire, que l’on veuille acquérir une maison ou un appartement, le tout en fonction de la composition du ménage. Et les divergences peuvent être énormes.

Ainsi est-il intéressant de constater que chez les locataires qui aspirent à changer de statut immobilier, c’est l’acquisition d’un appartement et non d’une maison qui est devenu plus difficile. Alors qu’en 2005, 70 % des locataires pouvaient encore envisager d’acheter un appartement, ils n’étaient plus que 61 % en 2009. Et si leur capacité financière a entre-temps augmenté de 21 pour cent, elle n’a pas pour autant suivi les prix de vente. Par contre, la tendance est stagnante, voire même légèrement ascendante pour les locataires désirant acheter une maison (31 % en 2009 contre 30 % en 2005). Ceci est notamment dû à leur pouvoir d’achat, qui, contrairement aux acheteurs potentiels d’appartements, ont réussi à tenir la route. A leur propos, l’Observatoire remarque que « ces ménages financièrement aisés ont fait le choix de rester locataires, entre autres, parce qu’ils résident depuis peu au grand-duché ». En d’autres termes, l’on peut en conclure qu’il s’agit là de salarié-e-s occupant des postes de cadres expatriés vers le Luxembourg, travaillant dans des secteurs prodiguant de hauts revenus.

Une autre donnée pourrait d’ailleurs corroborer cette hypothèse. Dans un graphique qui ventile d’après les types de ménages, il résulte que seuls les célibataires ont vu leur possibilité d’acquérir un appartement augmenter (de 71 à 73 %). Pour les couples sans enfants, la baisse est modeste : de 76 à 72 pour cent. Par contre, celles et ceux qui paient les pots cassés sont les familles monoparentales, qui voient leur capacité d’acheter un appartement chuter de 68 à 46 %, ainsi que les familles avec deux enfants qui n’étaient, en 2009, plus que 65 % dans cette situation, alors que quatre années plus tôt, 89 % d’entre eux pouvaient encore se le permettre.

Les conséquences ? L’Observatoire fait observer que cette évolution a une incidence sur les stratégies d’acquisition d’un logement qu’il qualifie de « complexe » : « appel à l’aide intergénérationnelle » et « report de l’accession à la propriété pendant quelques années ». Une « complexité » qui fleure bon le retour en arrière comme la perte d’autonomie par rapport aux parents. Sinon, il reste l’éloignement de la capitale, de sa périphérie, ainsi que de toute la partie « sud-ouest », donc le « Minett ». L’exode est donc financièrement plus supportable dans les zones rurales du Nord du pays. Mais l’Observatoire n’oublie pas d’en rappeler l’impact financier et écologique dû à des trajets plus longs et donc plus polluants et onéreux. Une piste de réflexion qui devrait inciter les pouvoirs publics à investir dans les infrastructures de transports en commun. Surtout en temps de crise.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.