APPEL: Refonder l’Europe

Mardi, Jean-Claude Juncker a confirmé son attachement à l’Europe – celle de la « consolidation budgétaire ». Voici un appel pro-européen progressiste, lancé outre-Moselle, qui esquisse des voies alternatives.

Cela ne peut et ne doit pas continuer ainsi. Le projet européen est dans l’impasse. L’Europe traverse une crise existentielle. Même avant la crise, elle était sur de mauvais rails : parce que la construction européenne était basée de façon unilatérale sur la stabilité monétaire et de mauvais critères pour la dette et les déficits, parce que la coordination des politiques économiques était défaillante, parce que la dimension sociale a été négligée. La crise a été aggravée par une politique de dérégulation néolibérale et la rapacité sans bornes des élites financières, qui spéculent contre les pays en crise pour imposer une politique conforme à celle que souhaitent les marchés financiers. L’UE ne contribue pas à la solution mais aggrave la crise à travers le modèle néolibéral de subordination à la domination des marchés (financiers).

Au lieu de reconnaître que les causes de la crise sont les mauvaises politiques et la recherche effrénée du profit, on transforme les déficits des Etats en crise des dettes de l’Etat (social) afin de légitimer une politique désastreuse. Les dépenses publiques ainsi que les revenus sociaux ou du travail sont radicalement diminués à la suite d’injonctions européennes, on fait supporter aux salariés, aux chômeurs et aux retraités la charge du sauvetage des banques. Sont mis en ?uvre une gouvernance économique et un « pacte budgétaire » imposé par le gouvernement allemand, qui menacent de détruire de façon irréparable la démocratie politique et sociale dans les Etats membres. (…)

Les mesures suivantes doivent être des priorités des politiques économiques. Il faut imposer sévèrement les transactions financières. Ayant causé la crise, les acteurs des marchés financiers doivent être fortement mis à contribution pour financer la sortie de crise. Il faut réguler les marchés financiers et réglementer de façon nouvelle le secteur bancaire. Les pays de la zone euro doivent garantir en commun les emprunts d’Etat et les finances publiques doivent être découplées des marchés de capitaux. La politique monétaire européenne doit se donner, à côté de la stabilité monétaire, des objectifs en matière de croissance et d’emploi. (…)

Mais ces mesures ne suffiront pas. Un changement de cap suppose des changements fondamentaux. Pour rendre possible sous le même toit européen la coopération entre des économies inégalement productives, il est indispensable que l’UE se développe comme espace de transferts. Ces transferts contribuent à la résorption des déséquilibres au sein la zone euro. Pour cela, il faut des accords sur les droits et les devoirs des Etats contributifs et de ceux qui bénéficient des transferts. Grâce à des aides, il faut ouvrir des perspectives de développement aux Etats très endettés.

(…) L’Europe doit être refondée ! Le processus d’unification a besoin d’une nouvelle idée directrice qui soit identifiante. De plus en plus de personnes mettent l’Europe en relation avec les dettes publiques, la casse sociale et la bureaucratie. Elles refusent sympathie et soutien à l’Europe. Si on veut que l’Europe ait un avenir, il faut rechercher activement le soutien et l’accord des populations. Dans l’espace public européen, les acteurs doivent se mettre d’accord pour faire de l’Europe sociale et démocratique une idée-phare.

Nous plaidons pour un mouvement citoyen et social européen, qui agisse contre la désastreuse politique de crise et pour un changement de cap politique radical. Un premier pas dans ce sens doit être le refus du « Pacte budgétaire » dans sa forme actuelle et la renégociation du cadre des politiques budgétaires. Nous exigeons des responsables politiques, et lançons un appel en ce sens aux syndicats et à la société civile, que la marche de l’Europe vers la catastrophe soit stoppée, grâce à une politique économique plus raisonnable, la justice sociale et la démocratie ! L’Europe a besoin d’un débat public pour un nouvel avenir solidaire et démocratique.

Consulter www.europa-neu-begruenden.de pour voir le texte intégral (dans plusieurs langues) et signer. L’appel a été lancé par des personnalités du monde syndical et académique telles que Frank Bsirske, président de Verdi, et Jürgen Habermas.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.