THÉÂTRE: Gymnopédie en scène

« Autour d’Erik Satie », spectacle musical en forme de poire… ou plutôt d’hommage à l’excentrique compositeur français, oscille avec bonheur entre le sérieux biographique et la dérision onirique.

Une plongée convaincante dans l’univers d’Erik Satie, pour découvrir l’homme derrière les archicélèbres Gymnopédies.

De son vivant, Eric Alfred Leslie Satie, dit Erik Satie (1888 – 1925), n’a pas connu l’aisance douillette que le succès actuel de ses Gnossiennes ou de ses Gymnopédies aurait pu lui procurer. Déclaré sans talent par ses professeurs du conservatoire de Paris, c’est en autodidacte qu’il composera la plupart de ses oeuvres, ne s’inscrivant qu’à près de quarante ans à la Schola cantorum du compositeur Vincent d’Indy pour y réussir brillamment son examen de contrepoint trois ans plus tard.

Des mélodies au piano désormais célèbres à une oeuvre orchestrale plus méconnue, en passant par les chansons alimentaires pour les cafés-concerts en vogue à l’époque, il truffait ses partitions d’indications sibyllines : « En se regardant de loin », « Du bout de la pensée » ou « Enfouissez le son ». Un original donc, que son engagement politique, très sérieux lui, a conduit à adhérer à la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), puis au Parti communiste.

C’est l’histoire d’une oeuvre hors du commun, d’une puissance évocatrice sans pareille – en témoigne son succès contemporain -, et de la vie non moins exceptionnelle de son auteur, que la metteure en scène Ariane Buhbinder nous conte au Théâtre ouvert Luxembourg. La comédienne Colette Kieffer campe avec conviction une conférencière bien vite dépassée par l’apparition sur scène du personnage qu’elle évoque. Celui-ci va, par ses facéties, la transformer peu à peu jusqu’à reconnaître en elle la « petite fille aux grands yeux verts », le nom que Satie donnait à la pauvreté dont il était un familier et qu’il a toujours cachée à son entourage. Jean Hilger, perpétuellement à la recherche de son parapluie, incarne le fantasque compositeur avec un zeste de dandysme qui sied parfaitement au personnage.

Difficile d’évoquer Satie sans donner à entendre sa musique. C’est donc à un mélange subtil entre théâtre et concert qu’on peut assister, les deux comédiens étant aussi bons pianistes. A deux ou à quatre mains, c’est un pot-pourri inspiré – gageons que le mot aurait plu au compositeur – que nous livrent les deux acteurs touche-à-tout, qui poussent même la chansonnette. La mise en scène tire habilement parti de l’espace exigu qui lui est alloué : théâtre de marionnettes, projections vidéo, accessoires loufoques et mouvements scéniques se succèdent sans relâche pour stimuler l’imagination du spectateur. Le piano, véritable troisième personnage sur scène, se voit balader à tous les endroits possibles du plateau et, outre son évidente utilité musicale, renferme bien des surprises lorsqu’on ouvre son couvercle.

Pris dans un tourbillon visuel et auditif qui ne cesse qu’au rideau final, le spectateur se délecte et ne voit pas le temps passer. Même si, à la fin, on se prend à regretter de n’avoir pas entendu un plus ample aperçu de l’oeuvre pour orchestre, encore peu jouée de nos jours. A quand une représentation au grand-duché de « Parade », le ballet que Satie composa sur un poème de Jean Cocteau avec des décors de Picasso à l’époque ? Décors qu’on a pu voir d’ailleurs, il y a peu, au Centre Pompidou de Metz. En attendant, les inconditionnels de Satie comme les mélomanes ordinaires pourront se délecter au TOL, sans trop tarder cependant – les représentations se terminent bientôt.

Au Théâtre ouvert Luxembourg, les 27 et 28 juin et 3 juillet à 20h30.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.