Bure : c’est compliqué

C’est compliqué. C’est, en gros, la réponse des ministres Carole Dieschbourg et Lydia Mutsch à une question parlementaire du député CSV Marcel Oberweis concernant les risques d’incendie sur le site d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure en France. La question parlementaire fait suite à une expertise de l’Institut de radioprotection et de sûreté nationale (IRSN) qui pointe d’importantes failles dans le projet de Bure. Notamment le risque important de propagation d’incendie dans les galeries souterraines prévues pour le stockage. « Le gouvernement suit avec beaucoup d’attention l’évolution de ce dossier », expliquent la ministre de l’Environnement et la ministre de la Santé dans leur réponse. Un dossier « qui montre à quel point le recours à l’énergie nucléaire pose de multiples problèmes ». Le gouvernement entretiendrait des contacts réguliers avec les autorités françaises ainsi qu’avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui est responsable de l’autorisation du projet. Et de rappeler qu’en 2003, le gouvernement de l’époque avait commandé une étude géologique destinée à évaluer les risques éventuels pour le Luxembourg. Une étude qui avait conclu que les risques spécifiques pour le grand-duché n’étaient pas importants – mais que le projet en général avait des failles.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.