Classique et jazz : Ces notes qui aident

À l’initiative de l’altiste Esra Kerber, 
la Philharmonie accueille ce samedi 
15 décembre un concert dont les recettes seront reversées à l’Unicef. L’occasion d’entendre un programme éclectique et séduisant, tout en soutenant l’action de l’ONG pour les enfants de Syrie.

Andrea Garnier au violon, Esra Kerber à l’alto et Sehee Kim au violoncelle joueront pour les enfants de Syrie ce samedi. (Photo : Thierry Faber)

Pour beaucoup, dans nos contrées occidentales, l’arrivée du froid hivernal marque l’approche des fêtes de fin d’année et le réconfort d’une boisson chaude dans un chez-soi bien chauffé. Mais pour de nombreux enfants de Syrie et du Proche-Orient, secoués depuis des années par la guerre civile, souvent dénutris, victimes de violences, le froid est un ennemi de plus dans un quotidien déjà difficile. Heureusement, les ONG qui apportent aide et soutien peuvent compter sur la générosité des artistes et des mélomanes. Celles et ceux pour qui le luxe d’une soirée musicale est naturel se voient ainsi rappeler, par le biais des concerts de bienfaisance, que partager un peu de leurs moyens peut aussi être source de satisfaction.

C’est donc un concert au profit de l’Unicef et de son programme hivernal qu’a concocté pour ce samedi Esra Kerber, altiste de l’Orchestre philharmonique du Luxembourg. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle a réuni une belle brochette d’artistes du classique et du jazz, composant un programme propre à susciter la générosité de tous les mélomanes. Ainsi, les violonistes Haoxing Liang, Andrea Garnier et Choha Kim, ainsi que les violoncellistes Niall Brown et Sehee Kim quitteront momentanément leur poste à l’OPL pour récolter des fonds. On entendra dans cette partie classique le tube « Liebesleid » de Kreisler (arrangé cependant pour trio à cordes), mais on pourra aussi y découvrir un duo pour violon et alto de Johan Halvorsen sur un thème de Haendel.

Toujours côté classique, les cordes seront rejointes par le pianiste Joseph Moog, familier de la Philharmonie autant que des plus prestigieuses scènes européennes, et par la harpiste Chanel Perdichizzi, tout juste 18 ans et déjà récompensée dans plusieurs concours internationaux. Tandis que l’un proposera des classiques de Liszt ou Beethoven et participera à un quatuor pour piano et cordes de Brahms, l’autre offrira « Le jardin mouillé », une pièce pour harpe solo de Jacques de La Presle, impressioniste et virtuose. De quoi donc à la fois réentendre des morceaux connus et faire des découvertes.

Côté jazz, la guitare de David Laborier et la trompette de Gast Waltzing, qu’on ne présente plus, revisiteront par leurs improvisations des thèmes de Duke Ellington et Victor Young, histoire de compléter le programme classique par quelques notes bleues bienvenues. On le voit, Esra Kerber a réuni pour ce concert exceptionnel des instrumentistes de grand talent. Elles et ils mettront leur professionnalisme au service d’une bonne cause, dans une succession de pièces variées qui devrait satisfaire tous les goûts musicaux.

Pour s’associer à la générosité des artistes et soutenir l’Unicef lors de cette représentation, rien de plus simple : l’entrée est gratuite, et une boîte à dons recueillera les contributions volontaires. Mieux vaut cependant réserver auprès de la Philharmonie, car la salle de musique de chambre pourrait se trouver vite remplie, générosité des mélomanes déjà évoquée oblige. En tout cas, c’est tout ce qu’on peut souhaiter à ce concert exceptionnel, avec une pensée sincère pour ses bénéficiaires.

« Ensemble pour l’Unicef », dans la salle de musique de chambre de la Philharmonie, ce samedi 15 décembre à 19h.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.