Humanité et nature : Histoire triste

Lundi prochain, on reviendra trois millions d’années en arrière. Le conférencier et auteur Laurent Testot analysera la guerre que mène depuis toujours l’espèce humaine contre son environnement naturel.

Le « Singe » est un animal « déchiré entre deux sentiments contraires (…) : d’un côté il est très emphatique (…), et en même temps il peut être extrêmement violent. » « Singe » désigne l’espèce humaine, et c’est le premier terme choisi par Laurent Testot pour présenter son livre dans une vidéo intitulée « En deux mots ». Mais rassurez-vous : lundi prochain, lors de sa conférence à l’Altrimenti, l’auteur et journaliste ne parlera pas que de singeries. Son second mot, « éléphant », est la métaphore de la nature, et les 500 pages de « Cataclysmes » parlent de la relation entre l’humanité et son environnement naturel.

Face au défi climatique, on s’interroge sur le fait que notre espèce s’acharne à détruire sa propre planète. Aveuglement des élites, malédiction du système capitaliste ? La perspective historique introduite par Testot voit plus large et explore les époques antérieures. Etika et Attac, qui organisent la conférence, citent la revue « Alternatives économiques », qui qualifie le livre de « cri d’alarme salutaire qui, à la fois, récuse le catastrophisme d’un Jared Diamond (‘Effondrement’) et complète (tout en le nuançant) ‘Sapiens’ de Yuval Noah Harari ».

Dans l’invitation, le conférencier est présenté comme journaliste indépendant, travaillant notamment pour le magazine « Sciences humaines ». On y relève aussi quelques « faits dérangeants » présentés dans le livre : « Saviez-vous que par exemple que bien avant la coupe en règle de l’Amazonie, les Aborigènes privèrent il y a 50.000 ans l’Australie de ses forêts en exterminant les grands herbivores qui les entretenaient ? Que bien avant les OGM, nos ancêtres altérèrent voici 13.000 ans la génétique du blé pour en collecter toujours davantage ? » En effet, « Cataclysmes » brosse une histoire socio-environnementale qui commence longtemps avant l’industrialisation, qui est souvent considérée comme le début de l’« anthropocène ». Testot expose successivement sept révolutions, de la révolution biologique d’il y a trois millions d’années à la numérique, en passant notamment par la morale (il y a 2.500 ans).

Comprendre pour espérer à nouveau

Expert en « global history » et en histoire environnementale, l’auteur développe un récit très différent des cours d’histoire au lycée ou même à la fac. La profondeur de la perspective prise fascine, mais peut aussi effrayer : le recours à des termes comme cataclysme ou effondrement rappelle que nous sommes aux antipodes des discours optimistes des technocrates qui nous prescrivent une « croissance verte ». L’histoire de Testot ressemble plutôt à une tragédie antique qu’à un thriller hollywoodien.

« Sauver l’éléphant », c’est, pour l’auteur, le véritable enjeu du 21e siècle. À la fin de la vidéo mentionnée, il en appelle à l’empathie et à la coopération dont est capable l’humanité : « Parce que si Éléphant meurt, Singe mourra aussi et ce sera la fin de notre histoire. »

« La nature humaine est-elle de… détruire la nature ? », conférence-déjeuner avec Laurent Testot, lundi 18 mars à 12h15 à l’Altrimenti (salle Rheinsheim, 5, avenue Marie-Thérèse, Luxembourg). Inscription par courriel via events@etika.lu pour le déjeuner offert par Etika.

Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.