La craie de l’horreur revient

Une anecdote trouvée sur le profil Facebook de l’ancien secrétaire parlementaire des Verts Abbes Jacoby peut aider à comprendre ce qui ne va plus dans nos sphères judiciaires : quand le 22 avril 1988, lui et ses camarades se font choper par la police en train de décorer les trottoirs de la capitale de propagande antinucléaire au spray, les flics leur demandent tout simplement de continuer en utilisant de la craie – et leur en donnent même un morceau. Comparé à ce qui arrive aux activistes de « Richtung 22 » presque 30 ans plus tard, on aurait tendance à regretter le bon vieux temps. Non seulement ils se sont fait traiter de tous les noms d’oiseaux lors de leur interpellation le 22 juin 2015 sur les marches de la Philharmonie, où ils tentaient d’inscrire leur version de l’hymne national, mais en plus le parquet a décidé de les traîner en justice. Problème : après un premier report du procès à la demande de la défense, celui-ci a encore une fois été reporté ce lundi. Le parquet veut en effet mandater un expert pour savoir si la craie utilisée se lavait à l’eau. Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon ce serait l’hécatombe à la Cité judiciaire. En tout cas un bon emploi de l’argent du contribuable !


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.