Start-Up Nation : Rien pour la Nordstad

Une question parlementaire des député-e-s DP Carole Hartman et André Bauler au ministre de l’Économie Etienne Schneider détaille l’essor et la distribution des start-ups « innovantes » dans le pays.

(©geralt_pixabay)

Elles sont la panacée à tous les problèmes des gouvernements occidentaux : les start-ups. Destinées à assurer le futur et à symboliser le « nouveau monde » (voulu par exemple par le président français), elles ont aussi un statut à part dans la structure économique des pays qui tentent de les attirer, de les materner pour finalement en profiter dans un futur hypothétique.

Pas étonnant dès lors que le grand-duché lui-aussi se rue sur ces petites entreprises, d’autant plus qu’il souhaite en tirer un petit vent de fraîcheur qui masque son image de paradis fiscal. Les initiatives sont multiples : Luxinnovation, le groupement d’intérêt économique officiellement chargé par le ministère de prendre en charge les start-ups, s’occupe de la communication du secteur, tandis que la Chambre de Commerce a lancé la House of Start-Ups ainsi que des clubs sélect pour travailleurs et travailleuses du « nouveau monde ».

Bref, tout est fait pour que les start-ups se sentent à l’aise chez nous. Comme le confirme d’ailleurs la question parlementaire de coalitionnaire à coalitionnaire dans laquelle les député-e-s du parti libéral s’enquièrent du nombre de start-ups présentes sur le territoire (il y en a environ  350 et elles ont moins de cinq ans au compteur) et des mesures prises par le gouvernement et ses agences pour les faire croître au niveau national comme international.

Schneider ne doit décevoir les parlementaires que sur une question : celle concernant l’implantation d’incubateurs dans la Nordstad. En effet, la plupart de ces infrastructures se concentrent dans le centre et le sud du pays : « Le ministère de l’Économie est en contact régulier avec le SICLER et la Nordstad dans le cadre de ses activités de développement de zones d’activités économiques, mais aucune discussion n’est actuellement en cours concernant le développement spécifique d’infrastructures d’hébergement pour start-up de type incubateur public à caractère régional ».

 


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.