ROCK: Elvis à la poubelle

Avec sa nouvelle formation Heavy Trash, Jon Spencer – ancien du Jon Spencer Blues Explosion – vient enfin au Luxembourg. La légende du punk-rockabilly fera frémir la Kulturfabrik.

Que l’on s’imagine un type qui ne peut s’arrêter de gueuler le nom de son groupe pendant tout le concert, « Blues Explosion, Blues Explosion! », toutes les 30 secondes. Car les chansons du trio ne duraient en général pas beaucoup plus longtemps que ça, ou du moins en laissaient l’impression. On serait alors amené à penser qu’il s’agit d’un énième petit blanc au cerveau hypertrophié par la coke qui tente péniblement d’imiter la tradition noire. Mais Jon Spencer est beaucoup plus que cela : certes, il a l’air arrogant, mais on ne peut pas lui reprocher de plagier après tant de projets et de groupes qui sont restés gravés dans la mémoire musicale collective. Mème si d’aucuns lui assènent d’avoir une voix d’Elvis, et puis quoi ? Ce n’est pas défendu.

Issu de la scène new-yorkaise, Jon Spencer a rêvé pendant longtemps au juste mélange entre les divers genres du moment. Cela consistait entre autres à enregistrer une reprise de Yu Gung, une chanson du groupe avant-garde industriel allemand, Ein-stürzende Neubauten, en utilisant des samples du groupe rap Public Enemy,
avec son premier groupe connu, Pussy Galore. Autant Spencer aime mélanger les sauces, il n’en déteste pas moins les musiciens qui se regroupent sous un même mouvement ou scène : sa haine pour le label de hardcore washingtonien Dischord et son fondateur Ian MacKaye, le chanteur de Fugazi, est légendaire. Commencée vers la fin des années 80, l’histoire de Pussy Galore s’acheva en 1990. A partir de ce moment, Spencer était actif dans deux formations en même temps : The Jon Spencer Blues Explosion et Boss Hog. Alors que la première formation comptait beaucoup de succès, surtout avec l’album Orange de 1994 qui tourne surtout autour de la personnalité de Spencer, Boss Hog est un projet aux disques sporadiques qui met en scène Spencer et sa femme Christina Martinez.

Puisque la Blues Explosion est devenue un peu plus silencieuse à partir de 2004, Spencer s’est inventé un nouvel avatar : Heavy Trash. Ici, Spencer fait équipe avec Matt Verta-Ray, un autre vétéran de la scène. On attend le résultat avec impatience.

Ce samedi 6 octobre à la Kulturfabrik.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.