« Les pères ont disparu du décor des cités sociales »

L’anthropologue belge Pascale Jamoulle au sujet de la « ségrégation matricentrée », l’absence des pères et une politique sociale contre- productive.

Dans le cadre de la «Fête/Faites de la Résistance, 7ièmes Rencontres transfrontalières pour l’humanité et contre le néolibéralisme»,Attac Luxembourg invite Pascale Jamoulle pour une conférence «La construction de l’identité masculine en milieux précaires», samedi 13 octobre à 17h00 au Centre culturel d’Athus-Aubange.

woxx: Une thèse de vos recherches établit un lien entre les comportements à risque et la transformation de la masculinité et de la paternité dans les milieux populaires. Comment êtes-vous arrivé à vous intéresser aux hommes, aux pères et à la question de la paternité? mehr lesen / lire plus

Love is for the fishis

(lc) – Normalement, le minimalisme est un art réfléchi, précis et précieux. C’est l’art de gagner plus en faisant moins. Mais ce n’est pas le cas de ce trio. Si la musique de Minipli est – nomen est omen – minimaliste, la façon dont les dix chansons de leur premier album « Love is for the fishis » sont arrangées est plus intuitive que planifiée. Elles suivent de bien curieux itinéraires, à l’instar de « Fuego » : d’abord purement électro, elle virevolte dans un rockn’roll basique et fort et puis s’écrase dans de faux chants indiens. Ainsi, tout l’album est parsemé de surprises et de volte-faces, mais jamais on a l’impression qu’il y ait un plan   quelconque dans ce chaos ordonné … de façon minimale. mehr lesen / lire plus

HelloBeluga

(cw) – Begrüßt wird hier nicht die gleichnamige Weißwalart – die Anrede HelloBeluga steht für eine kommerzielle Innovation in Luxemburg: Seit Ende Juli gibt es einen Laden, der wie in anderen europäischen Großstädten üblich, originelle und limitierte Objekte von jungen Künstlern oder Designern anbietet, die kleine Firmen haben. Kriterium der Auslage ist, was der jungen Ladenbesitzerin Nirina Schiltz gefällt und was sie auf ihren Reisen entdeckt hat: Vom Schmuckstück, über Schreibmaterial, Geschenke für Kinder, T-Shirts im Streetstyle bis hin zu selbst gemachten Taschen oder Kameras mit vierfach-Objektiven. In dem minimalistisch gehaltenen Interieur feiern Stoffkissen mit Tiermotiven ein Revival. Erwerben kann man aber auch Stehlampen im Taubendesign, eine Porzellanpistole oder Ohrringe in Kapselform. mehr lesen / lire plus

Clic à gauche sur Gorz

RK) – Rénover la gauche, voilà la grande affaire du moment. Rénover dans le sens de faire revenir des valeurs vaguement progressistes au beurre du capitalisme et du marché tout-puissant. C’est le moment où se rappelle à nous l’un des véritables rénovateurs de la gauche. Le 24 septembre, André Gorz s’est donné la mort à l’âge de 84 ans, en compagnie de sa femme Dorine. Le Nouvel Observateur, dont il a été un des fondateurs, lui dédie un dossier mis en ligne sous http://bibliobs.nouvelobs.com/andre-gorz. La démarche de Gorz a été celle d’un examen critique de l’héritage marxiste, tout comme y appellent aujourd’hui les « centristes » au sein de la gauche. mehr lesen / lire plus

ROCK: Elvis à la poubelle

Avec sa nouvelle formation Heavy Trash, Jon Spencer – ancien du Jon Spencer Blues Explosion – vient enfin au Luxembourg. La légende du punk-rockabilly fera frémir la Kulturfabrik.

Que l’on s’imagine un type qui ne peut s’arrêter de gueuler le nom de son groupe pendant tout le concert, « Blues Explosion, Blues Explosion! », toutes les 30 secondes. Car les chansons du trio ne duraient en général pas beaucoup plus longtemps que ça, ou du moins en laissaient l’impression. On serait alors amené à penser qu’il s’agit d’un énième petit blanc au cerveau hypertrophié par la coke qui tente péniblement d’imiter la tradition noire. mehr lesen / lire plus

KUNSTAUSSTELLUNG: „The Artists of Gugging“

Dreißig gusseiserne Bügeleisen, mit blauen und schwarzen Farbstiften gemalt, prangen auf einem weißen Papierbogen. Am unteren Bildrand steht jeweils nur in krakeliger Schönschreibschrift der Name „Reisenbauer Heinrich“ sowie das Entstehungsdatum des Werkes.

Die seriellen und graphischen Bilder von Reisenbauer sowie all die anderen Zeichnungen, die zurzeit in der Galerie Clairefontaine gezeigt werden und die in ihrer Naivität an Kinderzeichnungen erinnern, stammen von Erwachsenen – ausschließlich Männer – die im Laufe ihres Lebens in der Psychiatrie im österreichischen Gugging bei Klosterneuburg landeten. So auch Heinrich Reisenbauer, der nach dem Gymnasium wegen einer Psychose in Gugging eingewiesen wurde, wo er dreißig Jahre lang in einer Abteilung für chronisch Kranke lebte. mehr lesen / lire plus

CINÉMA: Parce que je le vaux bien …

« 99 F », le roman de Frédéric Beigbeder qui a rendu le mouvement anti-pub légitime et hype, a été mis à l’écran. Résultat: une bonne pub pour sa maison d’édition.

Octave en a marre. Il est publicitaire chez la « Ross&Witchcraft » et plutôt en haut de l’échelle sociale : un 200 mètres carrés en plein centre de Paris, une belle BMW décapotable, de la coke à gogo – la belle vie quoi. Mais il lui manque quelque chose. Oui, vous avez bien deviné : l’amour, toujours l’amour, le vrai, celui qu’on ne peut acheter, qu’on ne peut même pas vendre. mehr lesen / lire plus

SPUTNIK: Begleiter der Fifties

Mit der Zeitmaschine zurück zum 4. Oktober 1957: Eine Metallkugel von 84 Kilo wurde vor fünfzig Jahren zum Tagesgespräch in der Luxemburger Presse.

„Romantische Seelen, die am Samstag ihr Rundfunkgerät zum Nachrichtendienst einschalteten, konnten falls sie nachlässig hinhörten, annehmen, das Zirpen einer Grille zu vernehmen. Nun, es handelte sich nicht darum: Vielmehr handelte es sich um die Tonbandaufnahme der von den Abhördiensten aufgefangenen Signale des ersten künstlichen Satelliten, der seit Freitag die Erde umkreist und eine neue Epoche einleitet, welche die sensationellsten Zukunftsromane über Weltraumfahrten und Eroberung des Alls wahrmachen wird.“ So schrieb das „tageblatt“ am Montag, den 7. Oktober, dem ersten Erscheinungstag der Printpresse nach dem Start des Sputnik. mehr lesen / lire plus

GOUVERNEMENT SANS CSV: Rouge-bleu-vert

Le 9 octobre, le woxx organise un débat sur la question « Un gouvernement sans CSV est-il possible ? ». Sans se faire trop d’illusions, il s’agit de voir quelles avancées pourraient en découler.

Cela fait maintenant 28 ans que le CSV est présent au gouvernement. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il les a tous dirigés à l’exception de la législature 1974-1979 qui fit place à une coalition DP-LSAP emmenée par feu Gaston Thorn. Et c’est encore sans compter les gouvernements d’avant-guerre, dans lesquels le prédécesseur, le « parti de la droite », était souvent présent. Il n’est donc pas étonnant que d’aucuns parlent d’Etat-CSV, un peu comme si la constitution contenait un article officieux stipulant qu’à « l’issue des élections, le CSV choisit, en fonction des résultats électoraux, son partenaire de coalition ». mehr lesen / lire plus

CENTRE POUR TOXICOMANES: Sur la mauvaise voie

La polémique autour de la construction du centre pour toxicomanes à Bonnevoie fait rage. Face aux réalités, les opposants n’hésitent pas à employer des arguments discutables.

Blancs, proches de la retraite, luxembourgeois.
Un public représentatif de Bonnevoie?
(photo: woxx)

Alain Biren est un homme comme il faut. La trentaine débutante, Biren est marié, père de famille et agent d’assurance. Les Biren sont installés depuis des générations dans le quartier de Bonnevoie, c’est dire s’ils le connaissent. Ordonné, Biren, président de l’initiative de citoyens « Stëmm vu Bouneweeg », a débuté son discours par son CV. Ce membre du CSV a une conviction : que les habitant-e-s de Bonnevoie ont droit à la tranquillité et à la sécurité après une dure journée de travail. mehr lesen / lire plus

USA: Hoffen und bangen bis zur Rente

Die Zahl der Amerikaner mit Krankenversicherung sinkt. Die Forderung nach einer öffentlich finanzierten Gesundheitsversorgung findet indes immer mehr Zuspruch.

Mindestens 47 Millionen US-Bürger sind nichtkrankenversichert: Demonstration für eine öffentliche Gesundheitsversorgung in der Park Avenue, New York City.

Michael Moore hat es selbst erkannt. Bei der US-Kinopremiere von „Sicko“ im Frühjahr bemerkte er, seine Argumente für eine umfassende Gesundheitsreform seien jetzt eindeutig „Mainstream“ im Land. Denn kaum jemand bezweifelt noch, dass es Veränderungen in der Gesundheitspolitik geben muss.

Kaum jemand, außer vielleicht George W. Bush: Kurz nachdem in der vergangenen Woche der Kongress für die Ausweitung des populären Schip-Programms gestimmt hatte, das künftig zehn statt 6,6 Millionen Kindern aus ärmeren Familien Zugang zur Krankenversicherung gewähren soll, hatte der Präsident mit seinem Veto gedroht. mehr lesen / lire plus