POP: Jay-Jay peint…

L’Exit accueillera le caméléon dandy de l’indie pop suédois, Jay-Jay Johanson, afin de prouver encore une fois que cette salle est bien plus qu’un simple café-concert.

Intimiste et mélancolique : avec Jay-Jay Johanson, la Scandinavie s’invite au Carré Rotondes.

Né en 1969 à Trollhättan en Suède sous le patronyme de Jäje Johanson, il se découvre très vite une passion insatiable pour la musique et fonde son premier groupe de punk May Tuck à l’âge de dix ans. Parallèlement, il apprend la clarinette et le saxophone, ce qui le mène quelques années plus tard tout naturellement vers le jazz. Malgré un talent indéniable, il se tourne tout d’abord vers des études d’architecture à Stockholm et poursuit sa carrière après la fin des cours dans un quartette avant de découvrir le
trip-hop lancinant, et novateur à l’époque, de l’album « Dummy » de Portishead en 1996. Cette découverte produit un déclic dans la tête du jeune Jäje qui quitte alors son quartette de jazz afin de mettre tout doucement sur pied ce qui deviendra sa marque de fabrique musicale : le mélange en trip-hop et jazz, l’entrelacement des beats électroniques avec les sons raffinés, faisant de lui un crooner des temps modernes.

Sa carrière musicale ne prend un réel essor qu’en 1996 lorsque BMG le contacte et lui offre la chance d’enregistrer son premier album qui paraîtra en 1997. « Whiskey » et ses neuf titres installeront le jeune Jäje, rebaptisé pour l’occasion Jay-Jay (petit clin d’oeil au tromboniste de jazz américain Jay Jay) dans le paysage pop-rock européen dont il ensorcèle le public quasi-conquis d’avance. Sa voix douce et profonde sous fonds d’arrangements à la fois minimalistes et d’un raffinement subtil mettent en lumière des textes mélancoliques au possible, si caractéristique du spleen des pays scandinaves. A partir de ce moment, Jay-Jay enchaîne les albums comme d’autres enchaînent les bonnes notes, gratifiant son public de huit albums en douze années de carrière.

Au cours des années, le style de Jay-Jay devient plus intimiste et plus organique. La preuve en est son dernier-né « Self Portrait » avec ses arrangements plus dépouillés et orchestraux qui se veulent plus proches des racines jazz. Johanson met quelque peu de côté les bidouillages électroniques des débuts sans pour autant délaisser son amour de la pop. C’est ainsi que des chansons telles que « Wonder Wonders » le font apparaître comme un Sinatra moderne au désespoir incommensurable et accompagné d’un big-band plus discret que les pas d’un voleur de banque. Dans ses chansons, Johanson se prend le loisir de peindre une fresque à la fois romantique et nostalgique rappelant ses galères, ses amours déchus à l’image d’un crooner des années 2000.

Toujours dans l’air du temps, la programmation de l’Exit 07 se fait de plus en plus indispensable dans le paysage culturel luxembourgeois, proposant une alternative saine et vigoureuse aux soirées dans les grandes enceintes musicales. Avec des noms tels que Fuck Buttons, Scout Niblett ou The Whitest Boy Alive, il y a fort à parier que les amateurs de musiques nouvelles se retrouveront plus d’une fois dans l’enceinte du Carré Rotondes afin de déguster des petits bonheurs musicaux.

Plus d’infos :
www.myspace.com/jayjayjohanson
www.exit.07.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.