GREENPEACE CONTRE SOTEL: La ligne jaune

Une ligne de haute tension, destinée à importer de l’électricité nucléaire, traverse des zones de protection et longe les habitations. Greenpeace met la pression sur les décideurs économiques et politiques.

Bafouer les lois de son propre pays, abuser des lacunes juridiques aux dépens du pays voisin, ce n’est pas pour rien que Greenpeace reproche un « comportement voyou » à la société Sotel. Celle-ci, contrôlée par Arcelor-Mittal, est en train de construire une ligne de haute tension de 225 kilovolt traversant le Sud-Ouest du Luxembourg et reliant les hauts-fourneaux électriques aux réseaux français et belge. Depuis 2005, Greenpeace a bataillé contre ce projet, perçu comme contraire au consensus anti-nucléaire luxembourgeois. Pour des raisons tactiques, l’ONG a cependant cru bon de mettre en avant l’aspect protection de la nature : la ligne en question traverse en effet des zones « Natura 2000 », notamment des habitats du pic noir.

Après avoir adapté son projet, notamment en prévoyant un enfouissement des câbles, Sotel avait obtenu une autorisation du ministre de l’environnement en 2008. Loin d’abandonner la partie, Greenpeace vient de trouver un nouveau bâton à mettre dans le rouleau compresseur : la ligne passerait trop près des habitations. En effet, les câbles de haute tension, même sous terre, produisent un rayonnement électromagnétique. Or, contrairement à la commune de Differdange, qui a donné une autorisation « illégale » aux yeux de Greenpeace, les communes de Sanem et d’Esch-sur-Alzette semblent décidées à bloquer les travaux de construction.

Enfin, du côté français, plusieurs maisons d’habitations de Rédange sont également affectées par les rayonnements de la ligne qui passe le long de la frontière. L’association « Empreinte positive », initiative environnementale locale, évoque dans un communiqué le « vent de fronde » qui passe à Rédange en réaction à la désinformation de la part de Sotel. Certes, l’enquête publique côté français qu’elle exige se situe dans la zone grise juridique des projets à effets transfrontaliers. Mais ce serait la moindre des choses qu’un projet d’une société du « centre de la Grande Région » donne lieu à une consultation préalable de la population française concernée.

Mais Sotel ne semble respecter ni les humains, ni la nature : Greenpeace a en effet constaté que les travaux de déboisement en zone « Natura 2000 » n’ont pas respecté les exigences de l’autorisation ministérielle. En réponse à une question parlementaire de Henri Kox, le ministre du développement durable Claude Wiseler confirme cette infraction, mais la qualifie de « mineure ». Par ailleurs, ce « débroussaillage » correspondrait à des « mesures de gestion écologiques » et aurait permis la réapparition de la listère ovale, une espèce d’orchidées protégée. Plus on détruit, semble vouloir dire le ministre, plus on contribue à la biodiversité …

Greepeace a par ailleurs révélé que la connexion au réseau nucléaire français n’est pas seulement un projet d’une industrie à la recherche du seul profit : une des deux gaines de câble est destinée à Creos, la société de gestion soi-disant semi-publique dans laquelle devrait se fondre le réseau de la ville de Luxembourg. En réponse à une seconde question parlementaire, le ministre de l’économie Jeannot Krecké suggère que cela permettrait de connecter le Luxembourg à des parcs d’éoliennes offshore. Roger Spautz de Greenpeace est sceptique : « Nous attendons qu’on présente des projets concrets, qu’on formule enfin une stratégie pour les énergies renouvelables. »

La réponse ministérielle indique en tout cas que la nouvelle ligne servira moins à importer du courant vert qu’à « réduire le coût de l’énergie pour la compétitivité de l’économie nationale ». Le ministre s’appuie en cela sur la décision de la tripartite de 2006 de connecter le Luxembourg aux réseaux des trois pays alentours – bel exemple d’un compromis entre patrons et syndicats aux frais de l’environnement.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.