CULTURE: Beaud gâchis

La décision de ne pas prolonger le contrat de la directrice du Mudam est difficile à comprendre. Le musée sera le premier à en faire les frais.

Marie-Claude Beaud (photo: internet)

Le fait que le contrat de Marie-Claude Beaud ne sera pas renouvelé, était aussi vite sorti de l’actualité qu’il n’y était entré. Mais s’agit-il d’un simple fait divers sur lequel il n’y a pas davantage à dire?

Jetons donc un regard en arrière. Lorsqu’en l’an 2000, Marie-Claude Beaud remplaçait Bernard Ceysson, le musée était toujours en chantier, bloqué par l’épisode lamentable des pierres Magny doré. Ce n’est que six ans plus tard qu’il a pu ouvrir ses portes au public. Marie-Claude Beaud a su tirer le meilleur parti de ce délai. Elle a monté la collection du musée, composé son équipe, créé des contacts avec le monde de l’art international. Depuis l’ouverture il y a un an et demi, la directrice a su donner au Mudam son propre rayonnement, malgré l’attraction du méga-évènement Luxembourg 2007. Et entre la poire et le fromage, elle a revalorisé la participation luxembourgeoise aux biennales d’art de Venise, soutenant notamment – avec Doris Drescher, Su Mei Tse et Jill Mercedes – des femmes artistes luxembourgeoises.

Avec une autre direction, le Mudam aurait risqué de devenir ce mausolée auquel son architecture se prête. Marie-Claude Beaud ne l’a pas seulement sorti d’une situation de départ désastreuse, mais en a fait une adresse incontournable. Il n’en est que plus étonnant que la nouvelle du non-prolongement du contrat soulève peu d’émotion dans les milieux culturels luxembourgeois. Certains avancent l’argument qu’un changement à la tête d’un institut culturel peut être propice à son développement. Pourtant, on ne saurait reprocher à Mme Beaud un manque de dynamisme ou de créativité. En effet, des expositions comme celle sur l’oeuvre de Michel Majerus ou encore la récente Cloaca suscitent plutôt la controverse.

D’autres signalent que Marie-Claude Beaud aurait finalement décliné toutes les propositions du conseil d’administration en vue d’une prolongation de son contrat. Cependant, la décision „unanime“ qui a été prise la semaine dernière, n’est que la fin d’un parcours pénible. En 2005 déjà – avant même l’ouverture du musée – la demande de la directrice pour une prolongation de son contrat de cinq ans avait été refusée, et on ne lui avait concédé que trois ans. Cette fois-ci, la proposition initiale du conseil d’administration était une prolongation d’un an, au lieu des deux ans qui manquaient à la directrice jusqu’à sa pension. Pas vraiment une invitation à rester. Et que penser du fait que le président du conseil d’administration Jacques Santer n’était même pas au Luxembourg lorsque la nouvelle se répandait? Les mauvaises langues prétendent que c’est plutôt le ministère de la culture qui a forcé le bras à un conseil d’administration peu offensif.

La question reste posée si les raisons de ce développement ne résident pas plutôt dans un certain conservatisme luxembourgeois, avec lequel l’approche avant-gardiste de Mme Beaud devait nécessairement entrer en collision. Ou dans l’attitude de responsables politiques qui tiennent à avoir un musée d’art moderne, mais ne veulent pas libérer les crédits nécessaires au développement de collections et d’expositions valables. Au lieu de pouvoir s’investir pleinement dans le développement de leurs instituts culturels, les responsables sont contraint-e-s à faire la quête auprès des banques.

Après l’athmosphère fébrile autour de l’ouverture et de l’année culturelle, et après le départ d’un autre collaborateur important, Björn Dahlström, l’équipe du musée aurait eu besoin de se concentrer sur le travail de consolidation. En fin de compte, si on peut qualifier la décision d’ingrate et d’injustifiée vis-à-vis de Marie-Claude Beaud, c’est le Mudam lui-même qui en fera les frais.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.