Lunghi en péril ?

(lc) – La nouvelle est inquiétante : le
renouvellement du mandat d’Enrico Lunghi à la tête du Mudam serait-elle
en péril ? Apparemment, une moitié du conseil d’administration ne
serait pas satisfaite du fait que le Mudam n’expose pas assez d’art
moderne, et ferait trop dans l’art contemporain. C’est à se demander si
ces personnes sont bien au courant du type d’institution où elles
siègent. Car le Mudam a toujours été un musée d’art contemporain. Il
suffit d’aller voir sur le site. De plus, si en Grande Région vous
voulez voir de l’art moderne, il suffit de prendre le prochain TER
direction Metz et d’aller au Centre Pompidou – un musée qui fait aussi
dans le moderne, mais qui au contraire du Mudam en a les ressources. La
spécialisation dans le contemporain est justement un atout du Mudam, qui
attire plus qu’il ne tient à l’écart la clientèle. D’ailleurs, les
chiffres de fréquentation sont en hausse permanente (76.445 en 2012 dont
deux tiers de résidents nationaux). Comme toujours en cas de litige, un
audit a été demandé au leader du marché, la boîte Lordculture (qui
d’ailleurs ne mentionne pas cet audit sur son site). Alors qu’on avait
espéré qu’un peu de continuité ferait du bien au Mudam, il y a toujours
des personnes incapables de comprendre ses atouts. Espérons que
celles-ci ne seront pas dans la majorité, lors de la prise de décision
le 16 novembre.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.