Voitures électriques : même pas mille bornes !

(lm) – Afin d’encourager les automobilistes à passer aux voitures électriques, Etienne Schneider avait annoncé en 2012 l’installation de 850 bornes de recharge. « Les 800 stations annoncées par madame le secrétaire d‘Etat lors de la cérémonie d‘ouverture de la foire d‘automne vont-elles s‘[y] ajouter ? », voilà une des questions posées par le député CSV Marc Lies. La réponse du ministre de l’Economie a dû décevoir les adeptes de ce système de propulsion alternatif : non, on en reste à « quelque 850 bornes publiques d’ici 2020 », et pour le moment, aucune de celles-ci n’a été réalisée. Par ailleurs, le ministre a fait savoir que la prime de 5.000 euros à l’achat d›une voiture électrique ne serait pas prolongée – « plus de 300 » aides financières auraient été accordées. 800 bornes pour 300 automobiles, ça n’a pas l’air trop mal. Sauf que, en 2010, le même ministre avait annoncé pour 2020 un objectif de 40.000 voitures électriques sur les routes du Luxembourg. Le calcul est vite fait : une borne devra suffire pour 50 automobilistes. Or, ces bornes seront installées « surtout sur des Park and Ride [et] des parkings de gare », donc des endroits où les navetteurs connecteront leur batterie le matin pour la retrouver bien remplie le soir. Le rush sur les rares bornes disponibles est programmé ! Rappelons que cet amour pour la voiture électrique ne résulte pas d’une simple fascination technique de la part du ministre. En effet, afin de remplir les objectifs assignés par l’Europe en matière d’énergies renouvelables, il faudra soit recourir massivement aux agrocarburants, soit à l’électricité verte pour le transport routier. Or l’extension des agrocarburants est actuellement hypothéquée par la reconnaissance tardive de la Commission européenne des problèmes qu’ils posent aux pays du Sud : la demande croissante pour ces carburants alternatifs entraîne une raréfaction des terres arables et un risque de famine accru (woxx 1086). Reste la propulsion électrique – pourvu qu’elle soit verte. « Je pèserai afin qu’un futur système de recharge électrique mise largement sur les énergies renouvelables », avait assuré en 2011 le ministre de l’Environnement Marco Schank au woxx. Il n’a pas pesé lourd. En effet, Etienne Schneider explique dans sa réponse que « l‘infrastructure de charge doit permettre le libre choix du fournisseur » : des bornes EDF bien jaunes ne sont donc pas à exclure. Elles seront de surcroît financées par le contribuable, ou plutôt le consommateur d’électricité lambda, puisque le ministre précise que « les frais cumulés liés à la mobilité électrique (…) seront répartis équitablement sur tous les client finaux raccordés aux réseaux de distribution basse tension ». Bien entendu, si on faisait payer le véritable coût de ce réseau aux seuls électro-automobilistes, leur nombre risquerait de ne pas dépasser les 300 d’ici 2020.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.