Aménagement du territoire : Mal-croissance

Le premier « Zukunftsdësch » n’a pas donné de réponses à la question posée.

(Foto: woxx)

(Foto: woxx)

« Wéi e qualitative Wuesstum fir eist Land ? Landesplanung fir eng nohalteg Zukunft. », tel fut le titre d’une table ronde organisée par le MDDI à Belval lundi dernier. Conçu comme point de départ pour une série d’évènements et d’ateliers à venir, ce premier « Zukunftsdësch » n’avait pas tout à fait mobilisé les 700 personnes prévues pour l’audimax de l’université. Parmi les 200 convives on pouvait tout de même découvrir pas mal de représentant-e-s de ce qu’on appelle communément les « forces vives de la nation ». La « qualité » était donc au rendez-vous, ce qui, pour un débat sur la croissance soutenable, devrait être le plus important.

Dès l’entrée en la matière par le ministre en charge du développement durable, François Bausch, une partie – du moins – de l’audience se demandait cependant à quel évènement elle avait été conviée. En effet, titre et sous-titre donnaient lieu à une ambiguïté qui allait constituer la trame de fond de ce débat de trois heures.

Il aurait été facile à clarifier ce malentendu, si le ministre n’avait pas livré, dans son introduction, une attaque frontale envers certains de ses détracteurs en qualifiant de « fantôme » le débat sur les 1,1 millions d’habitants que d’aucuns mènent depuis quelques mois.

1,1 millions de fantômes

Le reproche risque de se retourner contre lui, car le chiffre de 1,1 million d’habitants (attendus pour 2060) émane de documents produits par le gouvernement lui-même. Il a fait son apparition dans le « Ageing Report » de la Commission européenne de 2015 et a permis, dans le contexte de la planification budgétaire pluriannuelle, de faire glisser l’objectif de déficit structurel budgétaire que se donne le Luxembourg de plus 0,5 pour cent à moins 0,5 pour cent par an. Une « petite » différence sur laquelle se base cependant l’orientation des finances publiques pour les cinq années à venir. En effet, selon la logique des responsables de la Commission européenne, un État dont la population croît peut se permettre un déficit en misant sur les rentrées futures d’une population active qui augmente en même temps.

s3

(© MDDI)

On peut évidemment donner raison au ministre s’il présume que l’approche européenne dans le contexte de la politique de stabilité, pour le reste « sans alternative », ressemble à un fantôme. Mais la cohérence des politiques nécessite tout de même de reconnaître que si le ministre des Finances avance une chose, le ministre en charge de la planification du territoire la prenne en considération pour les scénarios sur lesquels il veut fonder sa politique.

Si le débat qui s’en est suivi n’a pas pu convaincre, ce n’était pas dû à l’absence de force de persuasion du ministre quant à l’état – désastreux – de l’aménagement du territoire d’un côté et aux pistes et scénarios de l’autre. Les douze invités issus des « forces vives » étaient d’accord avec le ministre, du moins sur les constats.

Outre le fait que des débats à douze sont pratiquement ingérables – chapeau en tout cas au modérateur pour avoir permis aux auditeurs et auditrices de tenir le coup pendant trois heures – le vrai débat sur la finalité, la qualité et le besoin même d’une croissance n’a évidemment pas su se faire. Une conclusion a quand même pu être retenue : Le fait de ne pas encore avoir entamé le débat sur la croissance n’empêche pas de faire avancer sur le terrain une véritable réforme de l’aménagement du territoire. Et ce n’est pas le chiffre de 1,1 million qui est à remettre en question, mais la nonchalance avec laquelle des scénarios de croissance sont utilisés comme bases des différentes politiques, alors que l’aménagement du territoire s’est montré incapable de gérer une population qui ne fait que la moitié.

Le deuxième round, prévu après le bouclage de cette édition du woxx, devait donner la parole aux politiques autour de la même thématique – et avec la même ambiguïté. À suivre.Foto: woxx


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.