Conférence climatique : Sur le fil du rasoir

Alors que la fin des négociations approche, beaucoup de points restent à éclaircir. Que ce soit en matière de justice ou d’efficacité, les résultats seront en deçà des attentes.

1349_news_raym« En cette fin de COP21, une coalition forte Nord-Sud sur le financement manque vraiment », c’est ce qu’a constaté Alix Mazounie du « Réseau action climat France » (RAC) lors de la conférence de presse des ONG ce jeudi matin. Elle a ainsi mis le doigt sur un enjeu central des négociations : comment décliner le paradigme de la « différenciation ». Rappelons que dans la convention-cadre des Nations unies sur le climat (UNFCCC) originale de 1992, les signataires s’étaient engagés à lutter contre le changement climatique « selon leurs responsabilités communes mais différenciées, leurs capacités respectives et leur situation sociale et économique ». L’idée étant que les pays du Nord devaient leur richesse à 150 ans d’émissions de CO2 sans restriction et demeuraient les plus gros émetteurs. À eux donc de faire un gros effort de réduction, et de contribuer financièrement au développement vert des pays du Sud.

Depuis, le monde a changé, insistent aujourd’hui les pays du Nord. Comme le présente une note explicative du site CarbonBrief.org, un pays comme la Chine est en train de rattraper son « retard » en termes d’émissions accumulées. Par ailleurs, de nombreux pays du Sud ont entre-temps acquis une puissance économique qui leur permet de financer eux-mêmes des projets verts, même dans d’autres pays. Faut-il alors revenir sur la répartition dichotomique des pays datant de 1992 ?

« Oui, mais », estime Paul Polfer, représentant le Klimabündnis luxembourgeois au sein de la délégation nationale au Bourget. « De toute façon, on ne peut pas autoriser les pays du Sud à continuer, comme nous auparavant, à utiliser pendant 150 années les énergies fossiles », constate-t-il. « Il faut que notamment le statut des pays émergents converge avec celui des pays industrialisés. » Mais Polfer n’entend pas jeter par-dessus bord l’idée de « différenciation » : « En matière de financement, les responsabilités ne doivent certainement pas être les mêmes. » Pour une estimation équitable des devoirs des pays en matière d’émissions, de financement et au vu de leurs capacités à agir, il renvoie à un modèle développé par le Stockholm Environment Institute (http://civilsocietyreview.org). En comparant cette estimation avec les objectifs volontaires présentés à Paris, les « Intended Nationally Determined Contributions » (INDC), le résultat est affligeant. Des pays comme la Chine et l’Inde s’en sortent correctement, tandis que l’Europe, les États-Unis – mais aussi la Russie – font mauvaise figure. Polfer souligne tout de même que le Luxembourg, grâce à un engagement financier généreux, est relativement bien classé.

Quelle contrainte ?

Autre enjeu de la dernière ligne droite des négociations au Bourget : inscrira-t-on comme objectif la limitation du réchauffement à 1,5 au lieu de 2 degrés ? Les avis sur l’importance de ce point, y compris parmi les ONG, divergent. Au vu des INDC, qui nous amèneraient plutôt à 3 degrés, Polfer y voit un objectif symbolique. D’autres critiques jugent que, sans force juridique, le traité en train d’être conclu représente de toute façon un édifice très fragile. « Contraignant, avec des sanctions, ce serait l’idéal », estime Kaisa Kosonen, une des leaders de la délégation de Greenpeace au Bourget. Mais, à ses yeux, « l’ambition des actions décidées compte plus que ces formalités ». Et, de ce côté, beaucoup resterait à faire.

L’ambiance, en cette seconde semaine de négociations, n’est pas à l’optimisme. Échouera-t-on sur la question des engagements financiers que le Nord devrait concéder afin de faire accepter par le Sud des objectifs ambitieux en matière de réduction de CO2 ? Pour l’eurodéputé vert luxembourgeois Claude Turmes, ce débat n’a pas lieu d’être : « Investir dans les énergies renouvelables n’est pas une punition, mais une opportunité », affirme-t-il. Non sans souligner qu’il faudra un coup de pouce international pour offrir aux pays du Sud des coûts de crédit corrects. Et tout cela sans contrainte juridique ? Certes, cela inquiète Polfer. « Mais j’ai un espoir, qui est aussi une crainte », dit-il. « L’impact de plus en plus palpable du changement climatique représentera une pression bien plus forte que toute contrainte formelle. »


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged , , .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.