Europe et monde : Unis, nous pouvons…

Le rôle possible de l’Europe dans les coopérations et conflits internationaux, expliqué par le haut fonctionnaire Felix Fernandez-Shaw. Un dialogue citoyen pas comme les autres.

« Que s’est-il passé en 1989 ? » Facile, la chute du Mur. « Et en 2015 ? » « La crise migratoire », hasarde une voix dans l’assistance. Felix Fernandez-Shaw aime impliquer son public. Et le surprendre : « 2015, ça a surtout été l’adoption de trois accords-cadres importants à l’échelle mondiale. » Ce n’est pas par hasard que ce haut fonctionnaire européen de la DG Devco (Coopération internationale et développement) fait allusion aux Sustainable Development Goals (SDG), à l’accord de Paris et au programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement. Mercredi dernier, dans le cadre d’un « dialogue citoyen » à la Maison de l’Europe, il voulait donner un aperçu des difficultés et des potentialités de l’action internationale de l’Union européenne.

Fernandez-Shaw fait un rapprochement avec la période 1789-1815 : d’immenses bouleversements technologiques, économiques et politiques qui allaient inévitablement continuer à transformer le monde dans les décennies suivantes. « L’esprit européen, c’est celui des SDG, notamment l’idée du ‘leave no one behind’ », estime le fonctionnaire. « Mais au niveau planétaire, ça ne se passe pas comme ça : c’est plutôt ‘leave the others behind’, c’est le retour des ‘power politics’ ! » Pour faire face dans un monde dominé par ce qu’on pourrait traduire par une « realpolitik agressive », Fernandez-Shaw appelle à plus de coopération.

Ce « dialogue citoyen » se sera déroulé de manière très interactive, alors que d’habitude c’est un peu raide. Fernandez-Shaw provoque son public, fait même des allusions aux niches fiscales luxembourgeoises. Grâce à son expérience de diplomate, il mène la discussion sans y paraître. Parfois, le « dialogue » implique tellement les participant-e-s que cela frise la cacophonie, mais la plupart du temps, cela ressemble à un véritable brainstorming autour du rôle international de l’Union européenne.

Europe salvatrice ?

« Combien de personnes les États-Unis déploient-ils dans leurs services d’action extérieure ? 5.000, 50.000, 150.000 ? », lance Fernandez-Shaw. La réponse est 18.000 – pas énorme. « Et l’Union européenne, pays membres inclus ? Plus ? Moins ? » Surprise : 55.000. « Notre poids devrait être trois fois plus grand… », lâche le fonctionnaire. « Et le serait, si on arrivait à se mettre d’accord entre pays européens », complète la salle. Une meilleure coopération au niveau de l’Union pour pousser vers plus de coopération au niveau mondial, voilà ce que souhaite Fernandez-Shaw. Constatant que l’idée du bien commun est actuellement en perte de vitesse, il souhaite que la voix de l’Europe se fasse entendre « afin de pousser – gentiment ou moins gentiment – le monde dans la bonne direction ».

Fernandez-Shaw regrette que l’UE, très attachée à une harmonisation intérieure, reste dominée par des intérêts nationaux quand il s’agit d’action extérieure. Ce qui selon lui nuit aux intérêts de l’Union et au-delà : « Le monde a besoin de l’Europe, mais l’Europe n’est pas là. » Pourtant le fonctionnaire ne se laisse pas abattre : « Tout n’est pas perdu », assure-t-il au bout de près de 90 minutes de « dialogue ». Il se réfère à l’expérience de l’accord de Paris et à l’adoption des SDG : là, les pays européens s’étaient mis d’accord et les diplomates ont travaillé ensemble pour la bonne cause. C’est ça, la méthode Fernandez-Shaw : définir un intérêt commun et faire peser de manière coordonnée le poids des 28 pays membres. En avant donc, mais vers où ?


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.