Metal/alternative : Vers la Parité !

Ce vendredi, un groupe de metal relativement jeune et définitivement différent présentera son premier EP à la Kulturfabrik. Si le grand-duché ne connaissait jusqu’ici aucun groupe de ce genre mené par une femme, c’est désormais chose faite avec Parity.

Le female-fronted metal a encore de beaux jours devant lui avec Parity ! (© Elena A. Photography/Parity)

En lisant le « press kit » envoyé par le groupe, on sentirait presque le souffle de jeunesse et d’idéalisme qui anime cette nouvelle formation : « Creating a new musical identity both locally but also globally is one of the main goals of the band. Furthermore, they want to perfect and define a new genre that Luxembourg has not seen or heard before ! » – rien que ça.

Cette surestimation est tout à fait sympathique, car elle nous change des groupes du même âge qui apparaissent déjà tellement vieux, tous passés par la moulinette de la professionnalisation à outrance de la scène musicale depuis une dizaine d’années – qui trop souvent refrène la créativité par peur de commettre des erreurs qui pourraient entraver une carrière naissante. Or, ce n’est qu’en essayant et qu’en faisant des fautes qu’on est capable d’avancer. Et la direction dans laquelle avance Parity – ce qui se traduit littéralement par « parité », donc déjà un nom atypique dans un genre qui normalement se complaît dans l’obscène, le satanique et le brutal – est très prometteuse. Pour la bonne et simple raison que les jeunes musicien-ne-s n’excluent rien dans leurs compositions. On y retrouve des éléments de metal progressif, tout comme d’autres sous-genres bien plus agressifs comme le djent (un style dérivé du prog metal, qui préfère les accordages très, très graves), le death metal et bien sûr des saupoudrages de thrash et de speed.

© Parity

À ce tout répond la versatilité de la voix de la chanteuse Sandra Wolter – qui d’ailleurs est aussi auteure. Loin d’elle les fées maléfiques qui pourtant chantent « bien », dans des groupes d’un ennui mortel destinés aux moins de 15 ans comme Nightwish ou Evanescence, lesquels accompagnent bien les romans de vampires à l’overdose d’eau de rose. Wolter sait parfaitement manier le répertoire scream et growl de ses confrères masculins, donnant ainsi même à certains passages plus mélancoliques des tonalités rauques et authentiques – tout comme elle sait aussi manier une voix mélodique qu’elle réserve à certains moments des chansons. Si on y ajoute encore que les deux guitaristes ont officié auparavant dans les formations non moins remarquées Heaven’s Scum et Dystopian Fear, on ne peut que souhaiter bon vent à ce groupe qui veut dépasser les limites souvent étroites de son genre.

De toute façon, la soirée sera tout sauf un raout typique metal. Premier sur scène, le groupe Pleasing, composé de certains musiciens plus aguerris de la scène math rock et qui n’ont jusqu’ici que peu de performances à leur compteur. Il sera suivi par les adeptes d’un metalcore particulièrement agressif, Legacy of Atlas – qui vont sûrement faire exploser quelques tympans. Enfin et avant le grand finale, les vétérans de Kitshickers monteront sur scène. Actifs depuis plus d’une vingtaine d’années, les quatre gus n’ont jamais arrêté d’explorer différents genres et idées plus ou moins farfelues.

Alors, coronavirus ou non, la Kulturfabrik restera la scène idéale pour les musiques différentes et divergentes ce vendredi.

Ce vendredi 13 mars à 19h30 
à la Kulturfabrik.

Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.