Le Cepa persiste et ne signe pas

(lc) – Pour le Cepa (Cercle européen pour la promotion des arts), institution connue du grand public pour la fameuse « Summerakademie », mais dont l’offre dépasse largement ces activités, le psychodrame de la résiliation des conventions dans le secteur culturel est loin d’être terminé. En effet, d’après nos informations, le Cepa n’a pas signé la nouvelle convention proposée par le ministère de Maggy Nagel. Et cela pour plusieurs raisons. D’abord parce que le ministère voulait limiter les missions du Cepa à la « Summerakademie », alors que ce dernier a tendance à élargir ses activités tout au long de l’année. Un développement que cette convention stopperait aussi net qu’une deuxième ambition du Cepa – celle de trouver enfin de nouveaux locaux. Alors que, après avoir lu la nouvelle convention, l’organisation a immédiatement demandé une entrevue au ministère, celle-ci ne lui est accordée que pour la fin avril. Entre-temps, le Cepa vit de ses fonds de roulement, qui suffiraient à assurer encore la « Summerakademie » de cette année. En bref : encore un cas où le ministère veut intervenir directement dans les activités d’une association sans en connaître les tenants et les aboutissants.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.