Université : Réforme réformée

Finalement, la loi sur l’organisation de l’université a été adoptée avec une large majorité – mais sans grand enthousiasme.

(Photo : Wikimedia Commons)

Martine Hansen (CSV), comme une professeure de lycée en train de rattraper des retards de programme, est passée mercredi en bulldozer sur le projet de loi de réforme de l’université. Elle n’a pas ménagé ses critiques sur la façon dont ce dossier a été traité par son homonyme Marc Hansen (DP), ministre de l’Enseignement supérieur… pour finalement apporter le soutien de son groupe politique audit projet.

S’il n’y avait pas eu la crise gouvernementale en 2013, cette réforme aurait pu être la sienne. Après le départ de François Biltgen (CSV), elle avait hérité le ressort de l’Enseignement supérieur, mais pour quelques mois seulement. Le projet de réforme de son prédécesseur – qui datait de 2011 – est finalement resté dans un tiroir.

À part le rapporteur du projet André Bauler (DP) et sa collègue libérale Simone Beissel, les intervenant-e-s se sont rejoint-e-s sur les critiques de Martine Hansen, avec une tonalité un peu moins menaçante – coalition oblige. En effet, le projet de loi 7132, tel que déposé en mai 2017, remettait en cause certaines ouvertures vers plus d’autonomie et de démocratisation que contenait le projet Biltgen.

La loi initiale de 2003 avait un caractère très « top-down » avec un conseil de gouvernance très puissant composé essentiellement de personnalités extérieures à la future université. Si cela se justifiait pour une « start-up », de laquelle on ne savait pas encore si elle allait réussir, ce n’était plus le cas quelques années plus tard. Le projet de loi Biltgen n’avait donc rien de précoce et l’idée de renforcer le rôle du conseil universitaire, composé des profs, du personnel et des étudiant-e-s travaillant tous les jours sur le site était bien mûre, même si elle n’était pas incontestée.

Une crise bénéfique

Le texte qui vient d’être adopté par tous les partis représentés à la Chambre – à part Déi Lénk qui se sont abstenus – a donc fortement évolué. On pourrait penser que son dépôt tardif était dû à un important exercice de consultation auprès de tous les concerné-e-s. Mais non, la vraie discussion autour de cette loi n’a débuté qu’après son dépôt, qui lui a été précédé par la « crise budgétaire » de l’université et la démission du recteur Rainer Klump, resté en poste pour deux ans seulement.

La première mouture du texte faisait justement abstraction des propositions de démocratisation. S’il renforçait l’autonomie de l’université, c’était surtout le conseil de gouvernance qui se voyait doté d’encore plus de pouvoir. Mais la crise avait montré qu’il fallait une plus forte participation de ceux qui travaillent au quotidien à l’université et surtout une plus grande transparence sur les processus de décision.

Depuis, les voix et les crayons s’étaient libérés. Les professeur-e-s, très discrets/ètes jusque-là, avaient remarqué que dans le nouveau projet, on leur avait même enlevé leur peu de pouvoir au niveau des conseils facultaires. Ceux-ci avaient disparus dans la première mouture du texte. Par la suite, plusieurs amendements dits parlementaires, mais bien ministériels, ont réintroduit des doses de démocratisation.

Si la loi maintenant votée est meilleure que le projet de départ, elle ne satisfait pas à cent pour cent. Les Verts ont demandé des garanties que l’université ne sera pas, un jour, forcée de demander des frais d’inscription trop élevés. Déi Lénk ont motivé leur abstention surtout par la grande emprise que garde le monde de l’économie sur les destinées de l’université. Des critiques qu’a réfutées un « ancien combattant » pour l’université, Alexander Krieps (DP). Il a cité son discours de 2003, où il défendait l’idée d’une université publique et ridiculisait ceux qui parlaient d’un financement à hauteur de 20 pour cent par les frais d’inscription (aujourd’hui on est à six pour cent) – ce qu’il trouvait non seulement irréaliste, mais aussi inacceptable, même en tant que libéral avec des origines anglo-saxonnes.


Kriteschen an onofhängege Journalismus kascht Geld - och online. Ënnerstëtzt eis! Kritischer und unabhängiger Journalismus kostet Geld - auch online. Unterstützt uns! Le journalisme critique et indépendant coûte de l’argent - en ligne également. Soutenez-nous !
Tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.