EXPOSITION COLLECTIVE: Enfermés

« Locked In », une des nouvelles expositions du Casino-Forum d’Art Contemporain pose un regard artistique sur notre société qui s’enferme volontairement dans le visible.

La thématique de « Locked In » est – dans un certain sens – très « in » en ce moment. Après le majestueux portrait d’un patient qui souffre du syndrome d’enfermement joué par Mathieu Amalric et mis en scène par le peintre et réalisateur Julian Schnabel « Le scaphandre et le papillon », qui fût nominé aux Oscars et primé à Cannes, voici que les commissaires de l’exposition Maria Rus Bojan et Philippe Hardy ont réuni des artistes d’horizons très divers autour de cette même thématique.

Premier paradoxe : on n’aurait jamais cru que le thème de l’enfermement pouvait déboucher sur des champs aussi vastes. S’y entrecroisent non seulement les disciplines, mais aussi les interprétations. Cela va du très formel « Ferment » d’Antony Gromley, une sculpture en métal complexe qui change de forme dès qu’on bouge, jusqu’à des interprétations plus politiques. Comme « Scale Tales » de Segi Groner, qui s’est appliquée à fabriquer des miniatures de sites détruits par des bombardements américains dits « précis » au cours d’une guerre.

Une particularité que partagent toutes les ?uvres présentées dans le cadre de « Locked In » est qu’il faut regarder plusieurs fois avant de saisir vraiment de quoi parle l’artiste. C’est l’unique fil rouge de l’exposition – et son seul défaut : il n’existe pas de lien logique et visible entre les ?uvres et l’ordre dans lequel ils se succèdent. Cela peut aussi être dû à des contraintes logistiques, quoiqu’un autre arrangement aurait certainement été profitable. Par exemple pour la monumentale sculpture de Thomas Hirschhorn, les « Mannequins réliés » qui aurait très bien pu prendre place dans le hall d’entrée du Casino.

Parmi les vidéos qui retiennent l’attention du spectateur, relevons « The Lonely Villa » de Jesper Just, qui thématise l’incapacité de communiquer tout en communiquant sans cesse. Autre vidéo remarquable, « Nummer acht (Everything is gonna be alright) » de Guido van der Werve, qui met en scène l’artiste tranquille et peinard marchant sur la glace arctique et poursuivi par un navire brise-glace. Outre le fait de montrer des images quasi absurdes, cette installation pose aussi la question de savoir si l’homme va survivre à ces propres technologies et à ses propres images.

Pour une thématique aussi compliquée, le résultat est réussi et une visite vivement recommandée.

Jusqu’au 29 juin.


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.