Exposition historique : Rien de nouveau

L’exposition « State of Deception – The Power of Nazi Propaganda » aurait pu s’avérer un outil intéressant pour établir des parallèles avec notre époque. Malheureusement, il s’agit juste de panneaux importés qui n’apportent aucune nouvelle information.

La propagande était l’outil de choix du parti national-socialiste allemand pour d’abord s’arroger le pouvoir en 1933 puis endoctriner les masses, avant de l’utiliser pour justifier l’entrée en guerre, les génocides et les sacrifices ultimes dans une Allemagne qui avait de toute façon perdu toutes les batailles. De ce point de vue, « State of Deception – The Power of Nazi Propaganda » démontre bien la continuité de la propagande ainsi que la mise en place de stratégies médiatiques ultramodernes pour l’époque afin de persuader le peuple qu’Adolf Hitler était celui qui le sauverait. mehr lesen / lire plus

Art vidéo : Trompeuses alternances

La BlackBox du Casino propose jusqu’à la fin du mois le cycle « Carnations » du Québécois Philippe Hamelin. Entre animations 3D volontairement simplistes et images réelles, les vidéos génèrent des interrogations sans pour autant durablement impressionner.

Image extraite de l’animation « Les amis (à l’infini) », 2014/2017. (Photo : avec l’aimable concours de l’artiste)

Sur le premier écran, d’abord totalement noir, apparaît en silence un cadre aux fins bords rouges. Il s’emplit de blanc à partir du coin inférieur droit, puis soudain l’image d’une cage à oiseaux, probablement dans un zoo, vient imprimer la rétine sans transition tandis que les piaillements titillent l’oreille. mehr lesen / lire plus

Graffiti : L’humanité de Keith Haring

Exposition exceptionnelle à la galerie Zidoun & Bossuyt avec « Keith Haring : A New Humanism ». 35 œuvres de l’artiste américain ont été réunies par Gianni Mercurio pour ce qui s’annonce comme un des rendez-vous majeurs de l’année culturelle au Luxembourg.

Réunir au Luxembourg 35 œuvres moyen et grand format de Keith Haring est une gageure qui n’a pas effrayé Gianni Mercurio, spécialiste des artistes américains, auteur d’ouvrages sur David Lachapelle et Andy Warhol. Il a fait le tour des collections privées de Belgique, de Suisse, du Luxembourg et de France. « A New Humanism » met en scène dans la très belle galerie de la rue Saint-Ulric les couleurs et les formes de ce maître des graffitis, repéré à 24 ans à New York. mehr lesen / lire plus

Exposition collective : Exposer le vide

Réunissant des artistes canadiens et européens, l’exposition « Buveurs de quintessences » – montrée une première fois à la Fonderie Darling l’année dernière – propose un retour à l’essentielle subjectivité artistique.

Photo : Jessica Theis

Pour sa première nouvelle exposition de l’année, le Casino – Forum d’art contemporain convie à une exposition offrant un subtil contrepoint au dynamisme galopant de la capitale. « Buveurs de quintessences », présentée pour la première fois à Montréal l’année dernière, réquisitionne les lieux jusqu’en avril, et impose d’emblée son esthétique minimaliste. L’expérience invite le visiteur à une contemplation non pas du vide, mais de ce qui l’entoure ; le but étant de rendre compte d’un art plus subjectif qu’expressif, et dont l’originalité repose bien sur le travail réalisé autour des espaces et des manques. mehr lesen / lire plus

Histoire : De jade et d’or

L’exposition « Les origines de la civilisation chinoise » au MNHA est un tantinet moins spectaculaire qu’annoncée – aussi parce qu’on a du mal à mettre en parallèle les origines chinoises et occidentales.

Photo : MNHA/Éric Chenal

Le montage de l’exposition, sponsorisée à grands coups de communication par Cargolux, le Musée de la province du Henan, des banques chinoises et autres, aurait – selon les collègues de Reporter.lu – donné lieu à quelques tractations derrière les coulisses. En cause notamment, l’interprétation de l’histoire chinoise, qui, même si elle est ancienne, reste toujours soumise à la censure officielle. On ne sait pas si ou à quel degré le côté luxembourgeois a courbé l’échine devant les exigences des fonctionnaires chinois-es, mais toujours est-il qu’en parcourant l’exposition, une certaine impression d’isolement dans une interprétation figée de l’histoire a du mal à se dissiper, comme si aucune place n’était laissée à l’interprétation contradictoire. mehr lesen / lire plus

Table ronde : Comment l’image façonne l’actualité ?

Les lectrices et lecteurs du woxx le savent, l’expo « Hard Truths – An Exhibition of Prize Winning Photography from the New York Times », coorganisée par la Foundation for the Exhibition of Photography (une organisation sans but lucratif fondée en 2003 à Minneapolis) manque de profondeur. Malgré des photographies aussi spectaculaires qu’émouvantes sur des thèmes qui ont fait bouger l’actualité ces dernières années, que ce soit les crises au Venezuela, la guerre en Irak ou encore la répression aveugle aux Philippines sous le régime sanguinaire de Rodrigo Duterte, il manque un cadre dans lequel on pourrait classer le travail des photographes. mehr lesen / lire plus

Photographie : Portraits sans âge

La galerie Clairefontaine célèbre ses 30 années d’existence avec une exposition originale et bien sentie : sa propriétaire, Marita Reuter, a demandé au photographe luxembourgeois Marc Wilwert d’immortaliser connu-e-s et inconnu-e-s dans des portraits grand format.

En lançant sa galerie en 1988, Marita Reuter avait fait preuve d’un optimisme qui s’est confirmé au fil des ans. Elle passe alors commande au photographe allemand Ulay de saisir sur sa pellicule des Luxembourgeois-es pour en tirer les portraits. 1988, c’était l’année des Jeux olympiques de Séoul et la quatrième année du premier mandat de Jacques Santer comme premier ministre du grand-duché. Un autre temps, un autre Luxembourg. mehr lesen / lire plus

Céramique/dessin : Belle vue sur cour

L’Institut Camões expose plusieurs dessins et céramiques de l’artiste portugaise Bela Silva – une vraie savane de couleurs.

Même si les œuvres de l’artiste lusitanienne ont déjà parcouru des pays comme la Chine, le Japon, le Brésil, l’Espagne ou encore la France, l’expo « Uma casa portuguesa com vista (Une maison portugaise avec vue) » a été spécialement conçue pour le grand-duché. Le nombre considérable de Portugais-e-s vivant et travaillant au Luxembourg a certainement joué un rôle dans ce choix. Bela Silva nous présente onze tableaux et trois céramiques. Deux d’entre elles s’imposent dès l’entrée et valent à elles seules le détour par l’Institut Camões. mehr lesen / lire plus

Art vidéo : Une obsession textile

La BlackBox du Casino accueille une étrange œuvre vidéo, fruit de la collaboration entre deux artistes à la marge. « Barbara dans les bois » et « Santa Barbara » sont bien plus que des comptines pour enfants – ces films se rapprochent d’une introspection filmée.

Barbara Massart est une artiste à part. Depuis ses débuts, la plasticienne déficiente mentale se passionne pour la matière, et plus particulièrement la laine, qu’elle tricote à la machine pour créer des vêtements informes et troublants. Tellement déstabilisants qu’ils ont saisi le photographe Nicolas Clément, fasciné par cet univers de la matière.

Les deux créateurs se sont rencontrés lors d’une résidence d’artistes, à La « S » Grand Atelier à Vielsam, centre d’art brut et d’art contemporain situé dans le sud de la Belgique. mehr lesen / lire plus

Berthe Lutgen und Jos Weydert: Malen gegen Missstände

In der wenig bekannten Galerie „Wallis Paragon“ unweit des städtischen Hauptbahnhofs lässt sich zurzeit die Vielfalt von Berthe Lutgens Arbeitsweise erkunden. Die Ausstellung zeigt zudem eine kleine Auswahl von Werken ihres Künstlerkollegen und Mannes Jos Weydert. Beide sind Urgesteine der politisch engagierten Kunst in Luxemburg.

Berthe Lutgen – Memento Mori mit Plastik (Bilder: Berthe Lutgen)

Den Namen Berthe Lutgen verbindet man wohl als Erstes mit Feminismus, ist die 1935 geborene Frauenrechtlerin doch als Begründerin des „Mouvement de Libération des Femmes au Luxembourg“ (MLF) bekannt. Das letzten April in der Abtei Neumünster (woxx 1470) erstmals ausgestellte langformatige und mehrteilige Bild „La marche des femmes“ von Berthe Lutgen passte zwar nicht in Gänze in die kleinen Räumlichkeiten der Galerie „Wallis Paragon“, dafür rundet das letzte der ursprünglichen acht Panels die derzeitige Ausstellung ab. mehr lesen / lire plus

Exposition collective : Ils rêvaient d’un autre monde

Voir l’art comme un autre possible, tel est le thème de la dernière exposition en date à la galerie Zidoun-Bossuyt. Au point de l’affirmer dans son titre : « Un autre monde est possible ».

Il s’agit d’un doux pléonasme que de voir la création comme une réalité alternative. Les artistes se plaisent à déformer le monde pour l’accorder à leur regard. Triturer ses fêlures, s’inspirer de ses souffrances, mais aussi magnifier ses beautés sont le pain quotidien des esprits créatifs.

L’idée de l’exposition « Un autre monde est possible » est venue à sa curatrice, Martine Feipel, sur invitation de la galerie Zidoun-Bossuyt. mehr lesen / lire plus

Photographie : The Truth and Nothing but the Truth…

Avec l’exposition « Hard Truths », le Cercle Cité s’associe avec la Foundation for the Exhibition of Photography et le « New York Times » pour un regard sans fard sur le monde – mais aussi sans réflexion.

En entrant au Cercle Cité, vous ne manquerez pas d’avoir encore quelques effluves de vin chaud, de « mettwurscht » et autres spécialités dans le nez, et la musique de Noël vous donnera sûrement envie de vous boucher les oreilles avec de la cire. Pourtant, l’exposition « Hard Truths » est tout sauf festive et devrait rappeler que sur cette planète, il y a des endroits où le shopping n’est pas tout et où les préoccupations ne sont pas toutes liées au dîner du réveillon. mehr lesen / lire plus

Fotoausstellung: Ferne Welten

Die aktuelle Sonderausstellung im Naturmusée bietet faszinierende Einblicke in unser Sonnensystem.

Foto: Michael Benson

Ein orange-roter Feuerball, davor ein kleiner schwarzer Punkt. Das majestätische Porträt der Sonne, vor der die Venus passiert, ist das erste, was Besucher*innen in der Ausstellung „Michael Benson’s Otherworlds“ im Naturmusée sehen. Das Museum bricht mit seiner Tradition, komplett naturwissenschaftliche Ausstellungen zu zeigen und bietet diesen Winter eine Mischung aus Kunst und Wissenschaft. Grundlage der gezeigten Bilder sind Fotos, die von Sonden oder Astronaut*innen geschossen wurden und anschließend vom Künstler, Autor und Filmemacher Benson bearbeitet wurden. Die Rohdaten der Roboter, die unser Sonnensystem beobachten, hat er nachbearbeitet, über- oder nebeneinandergelegt. mehr lesen / lire plus

Peinture
 : Le boxeur

De retour d’un périple américain, le peintre Eric Mangen s’apprête à exposer dès ce samedi dans l’incubateur d’entreprises de Paul Wurth. Une petite visite d’atelier.

Photos : Valerius Art Gallery

« Tu vois, c’est là où dans le temps il y avait les prostituées, près de Paul Wurth, puis tu passes le temple des témoins de Jéhovah, tu te diriges vers le pont qui mène à Gasperich et tu vois un grand parking » : les indications pour trouver le nouveau lieu d’exposition d’Eric Mangen peuvent se révéler un peu cryptiques tant l’endroit est atypique pour les représentations artistiques. Mais d’un autre point de vue, dénicher encore un endroit insolite au grand-duché, où on croyait que tout avait déjà été fait, reste un exploit. mehr lesen / lire plus

L’aube selon Izmaylov

L’artiste russe Alexey Alexander Izmaylov est à l’honneur du programme Projects de la galerie Nosbaum Reding. Un espace de liberté créatrice qui lui offre un terrain d’exploration à la mesure d’œuvres inscrites dans l’air du temps, et de sa dernière exposition, « Placid & Limpid : 3 a.m. Miracle, a Fragment ».

La création selon Alexey Alexander Izmaylov est protéiforme, nécessairement. Elle peut aussi bien être virtuelle et numérique que matérielle et palpable. Le trentenaire, qui se définit comme un autodidacte, n’est pas un inconnu des amateurs d’art luxembourgeois. En 2016 déjà, il faisait partie des finalistes du Luxembourg Art Prize, remporté à l’occasion par l’Américain John Haverty. mehr lesen / lire plus

Mixte sur toile
 : Dis-moi comment tu t’appelles…

Les œuvres récentes de Jeannot Lunkes présentées à la galerie Simoncini emportent visiteuses et visiteurs dans une réflexion intéressante sur ce que le titre d’un tableau dit de celui-ci. Elles sont complétées par une petite exposition sympathique de design au sous-sol.

Jeannot Lunkes, peintre autodidacte né en 1946 à Tétange, semble avoir une obsession. Les tableaux qu’il montre à la galerie Simoncini sont tous composés d’une façon similaire : sur un fond légèrement dégradé, une colonne verticale multicolore faite de matières différentes envoie vers le ciel un objet ou une flamme, le tout coiffé de ce qu’on pourrait voir comme un habillage de cheminée. mehr lesen / lire plus

Sculpture
 : Jean Mich, 
sauvé de l’oubli

Le MNHA consacre actuellement 
une rétrospective au grand sculpteur Art nouveau.

Le projet de Xavier Bettel de créer une galerie nationale d’art luxembourgeois a essuyé beaucoup de critiques, parfois injustifiées. Des destins comme celui de Jean Mich, sculpteur Art nouveau prolifique dont on ignorait jusqu’à récemment encore la date et le lieu de décès, illustrent une nouvelle fois que le Luxembourg n’est pas une terre aride et stérile, mais un pays sans passion, sans mémoire, amoureux du néant, mais d’un néant mortifère, un pays qui souffre d’un complexe d’infériorité tel qu’il nie les efforts de celles et ceux-là mêmes qui créent. mehr lesen / lire plus

Arts plastiques
 : Dans la tête de Florence Doléac

Florence Doléac propose aux visiteurs du Cercle Cité de partager son univers mental avec son installation « Minute papillon », mise en scène d’une étrange chambre à coucher.

Depuis plus de vingt ans, la plasticienne française Florence Doléac invente des tables, chaises et autres mobiliers qui ont fait sa réputation dans le monde entier. Des créations fantaisistes et fantastiques qui réinventent le quotidien par trop codifié. La Toulousaine n’hésite pas à alterner fonctionnalité et inutilité dans la frénésie créatrice qui est la sienne. Ce faisant, elle oscille sans cesse entre production et exposition, savant dosage d’imagination en constante invention.

Chaque objet est une invitation à partager avec elle son univers mental, foisonnant et délirant. mehr lesen / lire plus

Photographie
 : Un regard monde


La grande rétrospective consacrée au photographe canadien Jeff Wall est sûrement une des expositions qu’il faut retenir de cette rentrée. Une plongée dans son univers.

Certain-e-s critiques ont vu dans les œuvres de Jeff Wall des « productions cinématographiques dans un seul cadre », ce qui résume assez bien son art, sans pourtant en rendre la dimension humaine et empathique que l’artiste célèbre dans sa pratique. Car Wall englobe une telle flopée de concepts dans ses travaux qu’il est difficile – voire impossible – de les hiérarchiser. Il lui arrive aussi bien de jouer avec le regard du public que de mettre en relation les personnages qu’il photographie. mehr lesen / lire plus

Exposition monographique
 : La crise est une fête


Le touche-à-tout luxembourgeois d’origine polonaise Filip Markiewicz revient au Casino pour y exposer sa vision radicale du monde, dans une « Celebration Factory » intense et dérangeante.

(Photo : Filip Markiewicz)

Sélectionné en 2015 pour représenter le grand-duché à la Biennale de Venise, Filip Markiewicz n’est pas un inconnu du grand public. Il avait alors impressionné par l’intensité de son esprit créatif. L’œuvre présentée, « Paradiso Lussemburgo », se voulait une interprétation personnelle de l’eldorado luxembourgeois, dans un style caustique qui ne pouvait laisser indifférent.

Dans sa nouvelle création, « Celebration Factory », Filip Markiewicz s’en prend aux dérives du monde actuel sans pour autant en faire une tribune politique. mehr lesen / lire plus