FOLK ROCK: A l’anglaise

Longtemps disparus sous les radars, les Pogues – inventeurs du folk-punk – sont revenus au meilleur de leur forme – ce qu’on pourra voir à la Rockhal.

Le temps passé les a marqués, mais The Pogues ont toujours l’air en forme.

Amateurs de rondes endiablées, de remuage de pintes de bière au doux son du tin-whistle (petite flûte en métal irlandaise au son strident) et de musique rock au sens large du terme – la Rockhal a pensé à vous en invitant les pionniers du rock folklorique :
The Pogues.

Cette formation légendaire est née en 1982, quand Shane MacGowan – le leader du groupe – rencontra Peter « Spider » Stacy dans les toilettes d’un club lors d’un concert des Ramones dans les faubourgs de King’s Cross à Londres. Très vite, ils forment un groupe sous le pseudonyme de The Millwall Chainsaws avec Jem Finer au banjo, avant de se renommer The New Republicans. Ce n’est pas uniquement leur goût commun pour The Clash qui les réunira dans cette aventure musicale qui dure aujourd’hui depuis près de 30 ans, mais également leur amour de la musique traditionnelle irlandaise : chose improbable à l’époque vu l’audace de leur mélange musical. Pourtant ils ont inspiré au passage toute une flopée de groupes punks des 90, incluant les américains de Flogging Molly ou autres Dropkick Murphys. Le plus étonnant restait l’origine de la plupart des membres, venant tout autant d’Irlande que d’Angleterre dans un contexte politique de l’époque encore tendu entre les deux pays suite au massacre de l’armée anglaise de protestants à Derry en Irlande du Nord lors du tristement célèbre « Bloody Sunday ». Comme quoi la musique est capable de miracles.

Très vite le groupe – renommé Pogue Mahone – commence son marathon scénique dans les clubs et bars de la capitale puis de toute l’Angleterre, ce qui leur permettra de gagner une réputation hors du commun avant de sortir leur premier single « Dark Streets Of London » et de s’embarquer pour une tournée en première partie de leur héros : The Clash en 1984. Ce qui leur permettra aussi de gagner l’attention du label Stiff et de sortir leur album « Red Roses For Me ». La même année ils adoptent leur patronyme actuel :
The Pogues.

Les années 80 seront donc une période faste pour le groupe de MacGowan avec la sortie de trois autres albums dont « If I Should Fall From Grace With God » en 1988, qui remportera un succès critique et surtout public relativement important. Cependant, la vie des Pogues en tournée est chaotique et les excès de MacGowan, que ce soit en matière de drogue ou de boissons, commencent à nuire au groupe. Et c’est pour cela qu’en 1991, le leader du groupe est remercié et remplacé pendant une année par l’ami de longue date et à la fois héros de la bande : le regretté Joe Strummer de The Clash. Avant que le groupe ne poursuive son chemin avec Peter « Spider » Stacy en tant que leader jusqu’à sa dissolution en 1996.

Au début du nouveau millénaire, la troupe décide de remettre le couvert sous sa formation originale avec MacGowan de retour en maître de cérémonie pour le plus grand bonheur des fans de rock folklorique. Mais aussi pour n’importe quel amateur de fête version « Outre-Manche » car un concert des Pogues est tout aussi bouillonnant qu’une soirée dans un pub, faisant tournoyer les bières un soir de la fête de St. Patrick. Et c’est ça leur plus grande force, faire oublier l’espace d’un concert les petits tracas quotidiens et danser, chanter et s’amuser au son de mélodies joyeuses tout en gardant cet esprit punk dans les paroles et un certain activisme qui en font un groupe de référence.

www.pogues.com
www.rockhal.lu


Cet article vous a plu ?
Nous offrons gratuitement nos articles avec leur regard résolument écologique, féministe et progressif sur le monde. Sans pub ni offre premium ou paywall. Nous avons en effet la conviction que l’accès à l’information doit rester libre. Afin de pouvoir garantir qu’à l’avenir nos articles seront accessibles à quiconque s’y intéresse, nous avons besoin de votre soutien – à travers un abonnement ou un don : woxx.lu/support.

Hat Ihnen dieser Artikel gefallen?
Wir stellen unsere Artikel mit unserem einzigartigen, ökologischen, feministischen, gesellschaftskritischen und linkem Blick auf die Welt allen kostenlos zur Verfügung – ohne Werbung, ohne „Plus“-, „Premium“-Angebot oder eine Paywall. Denn wir sind der Meinung, dass der Zugang zu Informationen frei sein sollte. Um das auch in Zukunft gewährleisten zu können, benötigen wir Ihre Unterstützung; mit einem Abonnement oder einer Spende: woxx.lu/support.
Tagged .Speichere in deinen Favoriten diesen permalink.

Kommentare sind geschlossen.